Virus : les meetings de Trump ont peut-être causé jusqu’à 700 décès – étude
Rechercher

Virus : les meetings de Trump ont peut-être causé jusqu’à 700 décès – étude

Une équipe de l'université de Stanford a suivi la propagation du virus dans 18 comtés qui ont organisé des rassemblements et a déterminé qu'ils avaient conduit à 30 000 infections

Le président américain Donald Trump arrive pour prendre la parole lors d'un rassemblement électoral à l'aéroport de Wittman, lundi 17 août 2020, à Oshkosh, Wisconsin. (AP Photo / Evan Vucci)
Le président américain Donald Trump arrive pour prendre la parole lors d'un rassemblement électoral à l'aéroport de Wittman, lundi 17 août 2020, à Oshkosh, Wisconsin. (AP Photo / Evan Vucci)

Des chercheurs de l’université de Stanford ont constaté que les meetings de la campagne de réélection du président américain Donald Trump ont entraîné 30 000 infections supplémentaires au coronavirus et, par conséquent, ont probablement causé au moins 700 décès.

« Les communautés dans lesquelles les rassemblements de Trump ont eu lieu ont payé un tribut élevé en termes de maladie et de décès », a écrit l’équipe du département d’économie de l’école dans le document publié vendredi sur un site de recherche en sciences sociales.

Trump a fait l’objet de critiques concernant ses rassemblements de campagne en raison de la crainte qu’ils puissent contribuer à la propagation du virus. Les reportages des médias sur ces manifestations, auxquelles participent généralement des milliers de personnes, ont montré que les participants n’observaient que peu la distanciation physique et que le port du masque n’était pas obligatoire. Trump lui-même n’apparaît presque jamais en public avec un masque et le mois dernier, il a attrapé la COVID-19, dont il s’est rapidement remis après avoir été soigné avec une batterie de médicaments.

Sous la direction de l’économiste B. Douglas Bernheim, les chercheurs ont étudié 18 des rassemblements de Trump qui se sont tenus entre le 20 juin et le 22 septembre. Trois de ces rassemblements se sont déroulés en intérieur.

« Notre analyse soutient fortement les avertissements et les recommandations des responsables de la santé publique concernant le risque de transmission de la COVID-19 lors de grands rassemblements, en particulier lorsque le degré de conformité aux directives concernant l’utilisation de masques et la distanciation sociale est faible », ont écrit les chercheurs.

Ils ont noté que le virus se propageait probablement aussi au-delà des personnes qui étaient effectivement présentes aux rassemblements pour infecter les communautés locales.

Ses partisans applaudissent alors que le président américain Donald Trump prend la parole lors d’un rassemblement électoral à l’aéroport de Wittman, le lundi 17 août 2020, à Oshkosh, Wisconsin. (AP Photo / Evan Vucci)

Le porte-parole de Biden, Andrew Gates, a déclaré que les résultats montraient que la stratégie de campagne de Trump « coûtait la vie à des centaines de personnes et provoquait des milliers de cas avec des rassemblements de super propagateurs qui ne servent que son propre ego ».

La porte-parole de la campagne de Trump, Courtney Parella, a déclaré à Politico que les personnes qui participent aux rassemblements étaient soumises à des contrôles de température, et qu’on leur donnait des masques et du désinfectant pour les mains.

« Les Américains ont le droit de se rassembler en vertu du premier amendement pour entendre le président des États-Unis, et nous prenons de fortes précautions pour nos événements de campagne », a-t-elle assuré.

Les infections ont été retracées pendant 10 semaines après les événements, les chercheurs utilisant une « modélisation prédictive » pour comparer les trajectoires des cas dans les comtés qui ont accueilli les rassemblements de la campagne « Trump » avec celles des autres comtés, afin d’identifier l’effet des rassemblements.

Les infections dans les comtés hôtes ont été comparées à celles de cent comtés similaires où Trump n’a pas fait campagne. Une deuxième série de comparaisons a ensuite été effectuée avec quelque 200 comtés qui n’ont pas accueilli d’événements. Les chercheurs ont constaté que, pendant la période de référence, les comtés hôtes ont enregistré en moyenne 261 infections de plus pour 100 000 habitants que les comtés comparables qui n’ont pas accueilli d’événements.

L’équipe a tenu compte d’autres facteurs qui ont pu expliquer les différences de taux d’infection, tels que la densité de population, les conditions médicales sous-jacentes des résidents, les règles de santé publique sur le port de masques, la fermeture de bars et de restaurants et des taux de dépistage plus élevés.

L’économiste de l’université de Stanford B. Douglas Bernheim. (Capture d’écran YouTube)

Bernheim a indiqué qu’il n’avait pas été en mesure de faire une comparaison similaire avec les manifestations qui ont suivi les meurtres de Noirs américains plus tôt dans l’année, car elles étaient plus spontanées et plus dispersées, ce qui rend difficile le rassemblement des données.

« Les rassemblements du président ont été géographiquement et temporellement isolés », a-t-il déclaré samedi au Los Angeles Times. « On dispose d’un très bon registre des lieux où ils ont été organisés. »

Il a également rejeté l’idée que la publication du document de recherche, quelques jours avant les élections présidentielles de mardi, ait été motivée par des considérations partisanes.

« Je suis un scientifique », souligne Bernheim. « Je raisonne à partir de données et j’en tire des conclusions. Dans la sphère politique, je me rends compte que les gens raisonnent à partir de conclusions jusqu’aux données. Je ne peux pas contrôler cela. »

Cependant, Michael Mina, un épidémiologiste de l’école de santé publique T.H. Chan de Harvard, a averti que les méthodes de l’étude n’étaient « pas particulièrement robustes ».

« Il y a de meilleures façons d’examiner ces données à travers le prisme des épidémies réelles de maladies infectieuses », a déclaré Mina à Politico. « Elle offre un point de données, mais rien dont je voudrais tirer des conclusions solides. Il est également si ouvertement politique qu’il est difficile de distinguer si certaines décisions ont été prises en raison d’un parti pris peut-être non reconnu ».

Aux États-Unis, il y a eu plus de 9 400 000 cas de COVID-19, la maladie causée par le coronavirus, et plus de 230 000 décès.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...