Rechercher

Volte-face pour Aviv Geffen qui se produit devant ses « frères » des implantations

Autrefois connu comme une voix de la gauche politique liée à l'héritage d'Yitzhak Rabin, le chanteur révèle un revirement politique pour lequel il remercie Ayelet Shaked

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Le rockeur Aviv Geffen rend public son revirement politique, en se produisant dans des implantations qu'il avait auparavant critiquées, en août 2022. (Crédit : YouTube)
Le rockeur Aviv Geffen rend public son revirement politique, en se produisant dans des implantations qu'il avait auparavant critiquées, en août 2022. (Crédit : YouTube)

Le rockeur Aviv Geffen, auparavant connu pour ses opinions et ses discours de gauche, a apparemment opéré un brusque virage politique lors de ses récentes prestations dans les implantations de Kedumim et Beit El en Cisjordanie et dans des bases de Tsahal, où il a parlé de la nécessité d’une unité nationale et s’est adressé aux résidents d’implantation comme à des « frères ».

« Vous et moi-même, mes frères, nous avons été séparés du fait de beaucoup, beaucoup de choses, et ce pendant de nombreuses années », a déclaré Geffen lors d’un récent concert à Beit El.

« J’ai dit des choses par ignorance, pour rabaisser les autres. Je suis très heureux d’être ici. Merci de m’avoir invité. »

Geffen a raconté avoir subi une transformation sur le plan personnel, et a remercié la ministre de l’Intérieur de droite Ayelet Shaked, qu’il considère comme une amie qui l’a aidé « à accepter et à respecter les autres ».

Geffen a été l’un des derniers artistes à se produire au rassemblement pour la paix de novembre 1995, au cours duquel le Premier ministre Yitzhak Rabin a été assassiné. Ce soir-là, il s’était entretenu avec Rabin. Cette rencontre a fait de Geffen un symbole d’espoir pour la jeunesse libérale de cette génération.

Il a souvent été critiqué pour avoir dénigré, dans ses chansons, les soldats de Tsahal alors qu’il n’avait, lui-même, pas servi. Il a été réformé pour raison médicale, mais s’est qualifié d’objecteur de conscience, ce qui a été considéré comme particulièrement controversé puisqu’il est le neveu du célèbre général Moshe Dayan.

Il a souvent dit qu’il ne voulait pas suivre les traces de son oncle et qu’il ne soutenait pas la construction d’implantations juives en Cisjordanie, les qualifiant de fléau pour Israël.

Dans la chanson « Chir HaTikva » (Chanson d’Espoir), il écrit : Enterrons les fusils et non les enfants. Allons à la conquête de la paix et non des implantations.

Mais ces derniers mois, Geffen a apparemment changé d’avis et s’est produit gratuitement en mai dans des bases militaires avant le 74e anniversaire de l’indépendance d’Israël.

Au début des années 2000, Tsahal avait décidé de ne pas autoriser les artistes, qui ne remplissaient pas leur devoir de réserve, à se produire devant les troupes, et n’avait donc pas permis à Geffen de se produire, même en tant que volontaire.

Aujourd’hui, Geffen donne des concerts pour les soldats sur les différentes bases du pays.

Geffen a également revêtu une kippa lors de certains concerts – lorsqu’il a interprété une chanson avec des paroles tirées des Psaumes lors d’un récent concert au la Piscine du Sultan à Jérusalem, et plus récemment à Beit El.

Le chanteur israélien Aviv Geffen prend la parole lors d’une cérémonie marquant les 25 ans de l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, sur la place Rabin à Tel Aviv, le 7 novembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Lorsqu’il est apparu à Kedumim aux côtés du chanteur ultra-orthodoxe Avraham Fried, avec qui il a fait des duos dans le passé, Geffen a parlé de la nécessité de l’unité, malgré les différences politiques. Il s’est positionné au « centre gauche ».

« C’est le moment et l’endroit », a déclaré Geffen.

« Il est facile de parler d’unité mais nous devons activement travailler pour y parvenir et contrer l’ostracisme. Je suis prêt à prendre quelques flèches empoisonnées pour que la prochaine génération puisse grandir au milieu de l’amour véritable, car nous avons été et serons toujours des frères. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...