Israël en guerre - Jour 289

Rechercher

Washington entend être « vigilant » sur l’emploi des fonds iraniens

"Nous resterons vigilants, nous surveillerons l'utilisation de ces fonds et nous aurons la possibilité de les geler à nouveau si nécessaire", a déclaré Matthew Miller

Matthew Miller, porte-parole du Département d'État américain, lors d'une conférence de presse, le 23 juin 2023. (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Matthew Miller, porte-parole du Département d'État américain, lors d'une conférence de presse, le 23 juin 2023. (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Les États-Unis disent vouloir être « vigilants » quant à l’utilisation par l’Iran des six milliards de dollars gelés en Corée du Sud et qui seront débloqués dans le cadre de l’accord conclu avec Téhéran sur un échange réciproque de prisonniers.

« Nous resterons vigilants, nous surveillerons l’utilisation de ces fonds et nous aurons la possibilité de les geler à nouveau si nécessaire », a déclaré le porte-parole du Département d’État, Matthew Miller, en précisant que le Département du Trésor aurait la haute main et les moyens de surveiller ces fonds.

« On aura de la visibilité sur leur utilisation de cet argent et les moyens de contrôler [le processus] », a-t-il ajouté devant la presse à Washington.

Les États-Unis ont confirmé lundi qu’ils allaient autoriser le transfert de six milliards de dollars de fonds iraniens gelés en Corée du Sud, dans le cadre de cet accord conclu en août.

Selon Washington, l’Iran n’a le droit d’utiliser ces six milliards de dollars que pour des achats humanitaires tels que des denrées alimentaires et des médicaments.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Nasser Kanani, a toutefois affirmé lundi que l’Iran pourrait acheter « tout bien non-sanctionné » par les États-Unis, et « utiliser pleinement ces fonds débloqués », pas seulement pour acheter « des médicaments et de la nourriture ».

Les adversaires républicains du président Joe Biden ont protesté, décrivant le président comme acceptant le paiement d’une « rançon » à un État considéré par Washington comme soutenant le terrorisme, ce que le porte-parole a réfuté. « Les États-Unis ne donnent rien à l’Iran et ne lui verse pas d’argent. »

Il a précisé que les fonds étaient en cours de transfère sur des comptes bancaires au Qatar en transitant par des banques intermédiaires européennes, initialement réticentes à y participer.

Dans le cadre des sanctions américaines contre l’Iran, de telles transactions sont en effet interdites, ce qui explique les dispenses accordées par le secrétaire d’État américain Antony Blinken afin de libérer les fonds iraniens.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’adressant aux délégués lors de la séance d’ouverture du premier jour de la Conférence sur la relance de l’Ukraine, à Londres, le 21 juin 2023. (Crédit : Henry Nicholls/Pool Photo via AP)

L’Administration Biden a reconnu avoir fait des « choix difficiles », soulignant que sa priorité était de libérer les Américains et que l’argent appartenait au préalable à l’Iran.

Le porte-parole s’est gardé, par ailleurs, de fixer un calendrier pour l’échange de prisonniers – cinq citoyens américains détenus en Iran contre 5 Iraniens détenus aux États-Unis – tout en indiquant que cela n’aurait pas lieu « cette semaine ».

Dans le cadre de l’accord, Téhéran a placé cinq détenus américains d’origine iranienne en résidence surveillée avant leur probable transfert au Qatar pour être libérés, peut-être en parallèle de l’Assemblée générale de l’ONU, la semaine prochaine à New York, à laquelle devrait participer le président iranien Ebrahim Raïssi.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.