Rechercher

Washington et 6 pays arabes punissent 25 entités liées à l’Iran et au Hezbollah

"Un vaste réseau de sociétés apportant un soutien financier au Bassij" a été sanctionné, de même que des dirigeants du groupe terroriste chiite

Le président américain Donald Trump observe une minute de silence à la Maison Blanche pour marquer le 18ème anniversaire des attaques du 11 septembre, le 11 septembre 2019 à Washington, DC. (Photo de Nicholas Kamm / AFP)
Le président américain Donald Trump observe une minute de silence à la Maison Blanche pour marquer le 18ème anniversaire des attaques du 11 septembre, le 11 septembre 2019 à Washington, DC. (Photo de Nicholas Kamm / AFP)

Les Etats-Unis et six pays arabes du Golfe ont sanctionné mercredi 25 « cibles » liées à l’Iran et au mouvement terroriste chiite libanais Hezbollah, allié de Téhéran.

Il s’agit des sanctions communes « les plus importantes à ce jour » de la part du centre contre le financement du terrorisme réunissant Washington et ses six alliés arabes (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar), mis en place en 2017 « sous le leadership » du président Donald Trump, a annoncé le Trésor américain dans un communiqué.

« Plusieurs des entreprises ciblées par ces mesures fournissent un soutien financier au Bassij, une force paramilitaire dépendant des Gardiens de la révolution », l’armée d’élite du pouvoir iranien, « utilisée depuis longtemps comme unité de choc du régime pour réprimer brutalement l’opposition interne », a-t-il affirmé.

Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a souligné dans ce communiqué que les sanctions coïncidaient avec son déplacement au Moyen-Orient, au cours duquel il espère « renforcer la lutte contre le financement du terrorisme ».

Pour lui, ces actes « coordonnés pour démanteler les réseaux financiers utilisés par le régime iranien pour financer le terrorisme sont une démonstration puissante de l’unité du Golfe ».

Au-delà de 21 entités formant selon le Trésor « un vaste réseau de sociétés apportant un soutien financier au Bassij », les quatre autres cibles inscrites mercredi sur la liste noire de ces sept pays sont des « personnes liées au Hezbollah qui dirigent et coordonnent les activités opérationnelles, financières et de renseignement du groupe en Irak ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...