Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Yad Vashem expose des albums de naissance de bébés juifs cachés ou adoptés

Le musée de la Shoah expose trois albums récemment entrés dans ses collections, conçus par des femmes qui espéraient que les mères des enfants les verraient un jour

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Album photo tenu par la mère adoptive d'Efraim Kochava durant la Shoah (Autorisation)
Album photo tenu par la mère adoptive d'Efraim Kochava durant la Shoah (Autorisation)

Généralement, les livrets, albums photos et journaux des tout premiers mois de la vie d’un bébé sont conçus par les mères.

Un certain nombre d’albums récemment remis au mémorial de la Shoah Yad Vashem fourmillent de photos, anecdotes et notes manuscrites relatant le développement des bébés – poids, taille, premiers babillages, premiers mots, premières phrases. Mais ces albums-là sont l’œuvre méticuleuse et patiente de femmes qui ont caché des enfants juifs, dans l’espoir que les mères biologiques les liraient après la guerre.

Un de ces albums est consacré aux premiers mois d’Efraim Kochava, né en 1942 aux Pays-Bas, et immédiatement confié aux amis néerlandais de ses parents, les Mintz – Max, qui était juif et Jacqueline, chrétienne. Ils appelaient l’enfant Ernst.

Cet album témoigne des difficultés de Jacqueline, la mère adoptive, pour faire au mieux face à une situation pour le moins difficile.

Les parents de Kochava ont été tués pendant la guerre et son père adoptif, Max, a lui aussi été conduit dans un camp de travail. Après la guerre, des rescapés de la famille Kochava l’ont retrouvé et ont obtenu la garde du petit garçon.

Son père adoptif, Max, a survécu, mais Jacqueline, malade, est morte, et Kochava ne les a jamais revus lorsque sa nouvelle famille est partie s’installer en Israël.

Photos d’Efraim Kochava, surnommé Ernst Mintz par ses parents adoptifs, dans l’album tenu par eux, amis de ses parents, qui l’ont hébergé pendant la Shoah (Autorisation)

Ce n’est que des années plus tard, alors âgé d’une vingtaine d’années, qu’il a appris l’existence de ses parents adoptifs et qu’il a pris contact avec Max, qui lui a adressé une version traduite de son album, qu’il avait précieusement conservé.

« Cela nous montre que la Shoah ne s’est pas terminée en 1945. Les rescapés ont continué à souffrir de ce qui s’était passé », explique Orit Noiman, qui dirige le département de collecte et enregistrement des fonds de Yad Vashem.

Un autre de ces albums de bébé parle des premières années d’Avraham Packer, pris en charge par Maria lorsque sa mère a dû se séparer de lui et de ses frères et sœurs durant la guerre.

Photos d’un album de naissance tenu par la mère adoptive d’Avraham Packer, qui a pris soin de lui pendant la Shoah (Autorisation)

Même après la naissance de son premier enfant vers la fin de la guerre, Maria a continué à relater le développement de Packer et a gardé précieusement l’album jusqu’à ce que ses parents, rescapés de la Shoah, puissent le lire à la fin de la guerre.

Packer et ses proches sont restés en contact avec Maria et cet album a servi de preuve pour l’élever à la dignité de Juste parmi les Nations.

Le dernier album de la collection de Yad Vashem est celui de Rolf Stibbe, lui aussi né en 1942 et adopté par la famille Kirpenstijn, comme d’autres enfants, qu’ils ont protégés pendant la guerre.

Rolf Stibbe avec la mère qui l’a hébergé pendant et après la Shoah (Autorisation)

La famille de Stibbe a été assassinée à Auschwitz et à Sobibor, et il a été élevé par ses parents adoptifs jusqu’à l’adolescence. Ses parents adoptifs lui ont enseigné le judaïsme et il a fini par émigrer en Israël.

« Sa mère adoptive, qui l’a littéralement sauvé, savait qu’il lui fallait prendre soin de ce garçon », explique Noiman, « Elle a tenu ce journal et relaté son parcours, tout en protégeant sa judéité. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.