Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Yad Vashem : La présidente de Columbia doit contrer l’idéologie anti-Israël

Minouche Shafik doit décider si l'élimination d'Israël est "légitime" dans les programmes, les conférences, les événements, comparant le campus new-yorkais à celui de Heidelberg des années 1930

Dani Dayan, dans la salle des noms, à Yad Vashem. (Crédit : Alex Kolomoisky)
Dani Dayan, dans la salle des noms, à Yad Vashem. (Crédit : Alex Kolomoisky)

Le président de Yad Vashem, Dani Dayan, a appelé la présidente de Columbia, Minouche Shafik, à prendre une position morale face aux manifestations anti-Israël et à une idéologie plus large d’élimination d’Israël dans son université.

Dans une lettre datée de vendredi, Dayan a écrit que la présidence de l’Université de Columbia est « l’un des postes de direction les plus importants dans le monde universitaire » et a ajouté que la personne qui remplit ce rôle doit être un leader et non un administrateur.

« Toutes les décisions que vous avez prises récemment étaient de nature administrative : appeler la police de New York pour évacuer le campement illégal, autoriser son rétablissement, activer ou désactiver des diplômes, passer à l’enseignement en ligne. Même votre décision de négocier est de nature administrative », a-t-il écrit dans la lettre, qui a également été publiée sur X.

Il a ajouté qu’il était temps pour Shafik de prendre des « décisions de leadership » et de diriger sur le plan académique et moral.

« Lorsque des milliers de professeurs, d’employés et d’étudiants de Columbia appellent à l’élimination de l’État d’Israël et à l’abolition du sionisme, vous devez prendre position », a écrit Dayan. « Pas une position politique. Une position morale. »

« Lorsqu’il devient évident que l’abolition de l’existence de l’État juif est une idéologie répandue à Columbia, la présidente de l’institution ne peut rester silencieuse. Le Talmud nous enseigne que ‘le silence est un aveu’. Le silence sera inévitablement interprété comme une tolérance ou, pire encore, comme un consentement. »

Minouche Shafik, présidente de l’Université de Columbia, témoignant lors d’une audition de la commission de l’Éducation de la Chambre des représentants des États-Unis sur l’antisémitisme dans les campus universitaires, au Capitole, à Washington, le 17 avril 2024. (Crédit : Drew Angerer/AFP)

Dayan a souligné qu’il était important pour Shafik de s’attaquer non seulement au comportement des manifestants anti-Israël, mais aussi à leur message, en les comparant au Ku Klux Klan et en disant « qu’un leader moral combattra les deux [un membre poli du KKK et un voyou] avec la même détermination ».

Le temps est venu, écrit-il, pour Shafik de décider si « l’élimination d’Israël – avec ou sans le génocide de sa population juive » peut être une « cause légitime avancée dans les programmes académiques, les conférences, les événements, les manifestations et les campements de l’Université de Columbia ».

« Chaque jour, chaque heure où vous évitez de prendre une décision publique de cette nature et d’agir en conséquence, vous prenez en fait une décision positive », lui a-t-il souligné.

Il existe une croyance naïve selon laquelle l’université est immunisée contre le sectarisme et les causes que les étudiants et les professeurs mènent sont intrinsèquement de « bonnes causes », même si elles sont parfois en avance sur leur temps », a poursuivi Dayan.

Dayan a présenté l’Université de Heidelberg, qui n’était « pas moins prestigieuse que Columbia », comme un exemple où ce n’était pas le cas.
Il a décrit comment l’université allemande était « un centre de pensée libérale » dans les années 1920, mais une décennie plus tard, une foule d’étudiants a participé à des autodafés de livres et son corps enseignant a commencé à promouvoir « la théorie raciale, l’eugénisme et l’euthanasie forcée ».

« Heidelberg avait des administrateurs. Malheureusement, il lui manquait une direction morale », a écrit Dayan.

« Le peuple juif a été dispersé pendant deux millénaires, soumis à des persécutions, des conversions forcées, des discriminations, des pogroms et, finalement, à l’extermination de six millions de Juifs pendant la Shoah », a-t-il ajouté, affirmant qu’il appartenait à Shafik de décider si Columbia « se souviendrait de Heidelberg » en « poursuivant la destruction et l’effacement de l’État juif ».

Dayan a terminé sa lettre en citant Elie Wiesel, survivant de la Shoah et lauréat du prix Nobel de la paix, qui a déclaré que l’indifférence est « le danger le plus insidieux qui soit », ainsi que Martin Luther King Jr., compagnon de Wiesel, qui avait déclaré que « la place la plus chaude de l’enfer est réservée à ceux qui restent neutres en période de grand conflit moral ».

Un manifestant masqué avec une pancarte portant une étoile de David et les mots « Mentir, tricher, voler, tuer », à proximité du campus de l’Université Columbia, à New York, le 24 avril 2024. (Crédit : Cathryn J. Prince/Times of Israël)

« Un grand conflit moral a été livré à votre porte », a écrit Dayan. « Soyez à la hauteur de la situation. Dirigez avec des principes moraux, et pas seulement avec des règlements administratifs. Exprimez-vous. »

La lettre a été envoyée à Shafik alors que les manifestations anti-Israël et pro-palestiniennes se sont multipliées ces dernières semaines, avec des campements installés sur le campus de Columbia pour manifester contre la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza.

Il a été recommandé aux étudiants juifs de rester chez eux et les cours ont été déplacés en ligne à la suite d’appels à l’élimination d’Israël et à la répétition de l’assaut barbare du Hamas du 7 octobre, au cours de laquelle des terroristes ont assassiné près de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et en ont kidnappé 253 autres emmenées de force à Gaza, dont 129 seraient encore détenus dans la bande de Gaza.

Plus de 100 étudiants ont été arrêtés la semaine dernière lorsque la police de New York a été appelée à fermer le campement. Shafik a demandé qu’il soit démantelé mardi, avant de donner aux dirigeants des manifestations un délai de jeudi pour parvenir à un accord avec les représentants de l’université.

Bien que certains manifestants aient volontairement enlevé leurs tentes avant la date limite, ils sont revenus après l’expiration du délai.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.