Rechercher

Yamina: La demande du report d’une réunion sur l’exclusion du député rebelle rejetée

Eitan Ginzburg, vice-président de la Knesset, a aussi refusé la requête soumise par Amichai Chikli de faire témoigner Bennett et Shaked, disant qu'une commission n'est pas une Cour

Le député Amichai Chikli lors d'une réunion de commission à la Knesset, le 13 décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député Amichai Chikli lors d'une réunion de commission à la Knesset, le 13 décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La demande soumise par un député rebelle du parti Yamina de Naftali Bennett, qui réclamait un report d’une audience de commission à la Knesset consacrée à son exclusion du parti, a été refusée dans la journée de mardi.

Amichai Chikli s’était porté candidat au parlement sous l’étiquette Yamina lors des élections de l’année dernière mais il avait refusé de rejoindre la coalition au pouvoir en raison de la présence, au sein de l’alliance, du parti islamiste Raam. Il était resté néanmoins dans la formation, s’opposant au gouvernement lors de nombreux votes déterminants pour ce dernier.

La faction de Bennett s’était abstenue de poursuivre légalement Chikli en tant que déserteur suite à sa rébellion. Elle a toutefois, au début du mois, pris la décision de le faire – ce qui pourrait limiter la capacité de Chikli à se représenter au parlement ou à servir dans certains rôles.

Cette initiative est considérée comme une tentative visant à décourager le départ d’autres députés de Yamina de la coalition après le ralliement d’une législatrice de la formation, Idit Silman, à l’opposition – une défection qui a privé le gouvernement de sa majorité et qui laisse la Knesset dans l’impasse.

Une lettre de l’avocat de Chikli, Guy Bossi, avait demandé que la réunion, prévue en date du 25 avril, soit repoussée au moins au 25 mai, après le retour de congé de la Knesset.

En réponse à Bossi, le député Kakhol lavan et vice-président du parlement, Eitan Ginzburg — qui supervisera le débat –, a indiqué qu’il n’y avait aucune raison de reporter la procédure.

Eitan Ginzburg (Kakhol lavan) dirige une rencontre de la commission des Arrangements à la Knesset à Jérusalem, le 5 juillet 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« La date de la rencontre de la Commission intérieure pour discuter de la requête visant à officialiser le départ du député Chikli de Yamina a été déterminée comme il est d’usage de le faire au sein de la Commission et après un nouvel examen, nous n’avons pas l’intention de la modifier », a écrit Ginzburg dans un courrier adressé à l’avocat de Chikli.

Le parlementaire de Kakhol lavan a aussi rejeté la requête soumise par Chikli de faire témoigner Bennett et Ayelet Shaked, ministre de Yamina, lors de cette audience.

« La commission n’est pas une cour de justice », a-t-il noté dans son courrier. « La commission n’invite pas de ministres et de membres de la Knesset à témoigner pour qu’ils prouvent leurs arguments lors des audiences, et aucune enquête n’est réalisée dans ce cadre. »

Ginzburg a demandé dans la missive à Chikli et à son équipe de préparer leurs arguments « de manière à ce qu’ils puissent être entendus » lors de l’audience, ajoutant qu’il n’avait pas l’intention d’en organiser d’autres.

Le Premier ministre Naftali Bennett visite Katzir avec la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked à gauche, le 7 avril 2022. (Crédit : PMO)

Il est difficile de dire si cette initiative visant à exclure Chikli de Yamina rassemblera un soutien suffisant. La Commission intérieure est dirigée par un autre législateur Yamina, Nir Orbach, qui a lui-même soumis ses exigences pour rester au sein du gouvernement et qui est considéré comme l’un des plusieurs parlementaires qui pourraient suivre l’exemple de Silman en quittant la coalition.

Si elle est approuvée, cette exclusion pourrait avoir de lourdes conséquences sur les aspirations politiques de Chikli, les règles de la Knesset lui interdisant de se présenter au sein d’une faction actuellement élue au parlement, ce qui – si le gouvernement devait s’effondrer sans proposition alternative de la part de l’opposition – pourrait arriver bientôt.

Chikli pourrait néanmoins potentiellement former une nouvelle faction, et il a récemment laissé entendre qu’il songeait à cette possibilité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...