Zeev Elkin : « L’Egypte est tout autant responsable de la bande Gaza que nous »
Rechercher

Zeev Elkin : « L’Egypte est tout autant responsable de la bande Gaza que nous »

"C’est au monde arabe de résoudre le problème humanitaire interne à la bande de Gaza," a déclaré le ministre de la protection de l'Environnement

Zeev Elkin arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 14 février 2016. (Crédit : Olivier Fitoussi/Pool)
Zeev Elkin arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 14 février 2016. (Crédit : Olivier Fitoussi/Pool)

« L’Egypte est tout autant responsable » pour la situation dans la bande de Gaza qu’Israël, a déclaré le ministre de la protection de l’Environnement, Zeev Elkin.

« En ce qui nous concerne, après qu’Israël a quitté Gaza, la responsabilité ne devrait pas nous être imposée », a déclaré Elkin au site d’information Ynet, en référence au retrait unilatéral de l’état juif de l’enclave côtière en 2005.

« Nous avons quitté Gaza. Si quelque nous frappe depuis Gaza, nous ripostons. C’est au monde arabe de résoudre le problème humanitaire interne à la bande de Gaza. Pourquoi devrions-nous porter la responsabilité de cette situation ? »

Deux Palestiniens auraient été blessés après que Tsahal a ciblé un groupe de Gazaouis lançant des ballons incendiaires sur Israël, avait annoncé plus tôt le Centre d’Information Palestinien affilié au groupe terroriste du Hamas, à la tête de l’enclave.

L’armée israélienne avait ensuite confirmé la frappe, déclarant qu’elle s’était déroulée dans la partie nord de l’enclave côtière.

Au cours des quatre derniers mois, le sud d’Israël a fait l’expérience de centaines de feux en résultat des cerfs-volants et ballons incendiaires lancés depuis l’autre côté de la frontière avec Gaza. Plusieurs milliers d’hectares ont été anéantis, causant des millions de shekels de dégâts, selon des responsables israéliens.

Ces derniers temps, des ballons ont été découverts de plus en plus loin de l’enclave côtière, notamment dans la ville de Beer Sheva, dans le sud du pays. Israël lutte sans relâche pour contrer ce type d’attaques et l’Etat juif mène un nombre croissant de frappes aériennes à l’encontre des lanceurs palestiniens, qui ont entraîné des morts et des blessés.

Photo d’illustration : Les Gazaouis chargent des ballons avec des matériaux incendiaires qui seront lancés vers Israël à la frontière entre l’Etat juif et Gaza, à al-Bureij, dans le centre de la bande, le 14 juin 2018 (Crédit : AFP/Mahmud Hams)

Depuis le mois de mars, il y a eu des manifestations violentes presque toutes les semaines organisées par les gouvernants du Hamas à la frontière avec Israël. Elles ont entraîné l’escalade la plus grave entre les deux parties depuis la guerre de 2014.

Ces affrontements frontaliers ont vu les forces de sécurité israéliennes affronter les tirs, des jets de grenades et de cocktails Molotov, et des initiatives – parfois réussies – visant à endommager la clôture frontalière ou à la franchir.

Le mois dernier, Aviv Levi, un soldat israélien a été tué par un sniper.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...