Ce que les dirigeants juifs disent de Stephen Bannon
Rechercher
De “l’imbécile inhumain” à la victime “diabolisée” des médias

Ce que les dirigeants juifs disent de Stephen Bannon

L’ADL, le mouvement réformé, J Street et Chuck Schumer condamnent le stratège du président élu ; la ZOA salue sa nomination et la coalition juive républicaine veut en savoir plus

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Stephen Bannon, stratège de Donald Trump, alors candidat républicain à la Maison Blanche, pendant le dernier meeting de campagne, à Grand Rapids, Michigan, le 8 novembre 2016. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)
Stephen Bannon, stratège de Donald Trump, alors candidat républicain à la Maison Blanche, pendant le dernier meeting de campagne, à Grand Rapids, Michigan, le 8 novembre 2016. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

WASHINGTON – Depuis que le président américain élu Donald Trump a annoncé dimanche qu’il nommait Stephen K. Bannon, provocateur médiatique ultra-conservateur, au poste de stratège en chef de la Maison Blanche, la plupart des dirigeants des associations juives américaines et beaucoup d’autres figures juives connues se sont senties obligées de répondre. Et la plupart des réponses ont été consternées.

En tant que président exécutif de Breitbart News depuis 2012, Bannon a promu un agenda nationaliste et a transformé la publication en ce qu’il a appelé « la plate-forme de la droite alternative », un mouvement associé aux idées suprématistes blanches qui s’oppose au multiculturalisme.

La droite alternative est un courant aux contours flous qui englobe en son sein divers nationalistes et néo-nazis. Un récent rapport de la Ligue anti-diffamation a montré que la hausse spectaculaire du harcèlement antisémite contre les journalistes observée pendant l’élection avait été menée par des partisans de Trump qui se revendiquent de la droite alternative.

Le site internet est connu pour ses articles incendiaires qui ont généré de vives controverses.

En mars, il avait été critiqué pour un titre désignant le républicain anti-Trump Bill Kristol comme « un juif renégat ».

En juin 2015, peu après que l’homme ayant pris des photos de lui avec le drapeau confédéré a assassiné neuf afro-américains pendant une fusillade dans une église de Charleston, en Caroline du Sud, le site avait publié un article intitulé « Hissez-le haut et fier : le drapeau confédéré proclame un héritage glorieux. »

Alors que Trump commence le laborieux et éreintant processus de transition, qui comprend l’embauche de plus de 4 000 personnes, dont 1 000 devront être confirmées par le Sénat, voici comment les organisations juives américaines et des juifs américains importants ont répondu à la nomination par le futur président de Bannon, l’une des deux plus importantes de Trump, avec le choix de Reince Priebus, président du comité national républicain, au poste de directeur de cabinet.

Le président américain Barack Obama rencontre le président élu Donald Trump pour mettre en place la transition, au Bureau ovale à la Maison Blanche, le 10 novembre 2016. (Crédit : AFP/Jim Watson)
Le président américain Barack Obama rencontre le président élu Donald Trump pour mettre en place la transition, au Bureau ovale à la Maison Blanche, le 10 novembre 2016. (Crédit : AFP/Jim Watson)

La Ligue anti-diffamation

« C’est un triste jour quand un homme, qui a présidé le premier site internet de la ‘droite alternative’, un vague groupe de nationalistes blancs et d’antisémites et racistes imperturbables, est sur le point de devenir un membre important de la maison du peuple », a déclaré dans un communiqué son directeur exécutif, Jonathan Greenblatt.

American Jewish Committee

« La première préoccupation est d’assurer que les politiques proposées et mises en place tiennent les promesses faites par le président élu Trump le soir de l’élection, au bénéfice de tous les citoyens de notre pays trop divisé, et répondent aux préoccupations centrales du peuple américain et de nos alliés autour du monde », a déclaré par e-mail aux journalistes Jason Isaacson, vice directeur exécutif.

« Les présidents peuvent choisir leurs équipes et nous ne comptons pas commenter la nomination de chaque conseiller clef. »

Chuck Schumer, sénateur démocrate de New York

« Si des alliés ou des conseillers du président disent quelque chose qui dévalorise un groupe d’Américains, nous n’hésiterons pas une minute à demander à notre nouveau président de condamner ces commentaires. Et, déjà, nous avons des raisons de le faire, a-t-il déclaré à Democracy Alliance, une organisation progressiste. La nomination de Steve Bannon à un poste crucial de la Maison Blanche signale que beaucoup de ses idées sectaires et dangereuses auront un siège à la table de la Maison Blanche. Nous serons attentifs. Et chacun ici sera prêt à défendre l’autre si jamais un groupe est attaqué. »

Le sénateur Chuck Schumer (démocrate, New York) au troisième jour de la convention démocrate nationale à Philadelphie, le 27 juillet 2016. (Crédit : Joe Raedle/Getty Images via JTA)
Le sénateur Chuck Schumer (démocrate, New York) au troisième jour de la convention démocrate nationale à Philadelphie, le 27 juillet 2016. (Crédit : Joe Raedle/Getty Images via JTA)

Le Conseil national des femmes juives (NCJW)

« Le NCJW est absolument consterné par la décision du président élu Donald Trump de nommer Stephen Bannon comme stratège en chef de son administration, a déclaré la présidente Nancy Kaufman.

« Bannon a largement fait connaître ses opinions suprématistes blanches, racistes, antisémites et islamophobes. En rejoignant la campagne Trump, Bannon a réveillé une grande portion de la base de Trump avec un mélange haineux de théories du complot, de sectarisme, de misogynie, de racisme et d’homophobie. Si le président élu Trump voulait réellement réunir ses partisans à la majorité du pays qui a voté contre lui, par une marge de près de deux millions de personnes, l’administration serait interdite à Bannon et sa clique. »

La Conférence centrale des rabbins américains

« S’il doit servir notre pays, nous attendons que M. Bannon dénonce l’antisémitisme, la rhétorique islamophobe, le racisme, le sexisme, et le déni des droits LGBT que nous continuons à affronter en tant que nation, tout comme nous attendons la même chose du président élu Trump », a déclaré le président du groupe, Steve Fox, dans un communiqué.

J Street

« J Street est extrêmement préoccupé par la nomination par le président élu Trump de Stephen Bannon au poste de stratège en chef de la Maison Blanche et la condamne, a déclaré l’organisation libérale. Les opinions et déclarations de Bannon ne sont pas une part normale du discours politique américain et ne peuvent pas être traitées ainsi. Sa nomination ne peut pas non plus être traitée comme si elle était normale, une politique acceptable […]. Nous appelons le président élu Trump à revenir immédiatement sur sa nomination, et tous les dirigeants responsables du parti républicain à insister pour qu’il le fasse. »

« Nous ne pouvons pas permettre à l’alliance de Donald Trump avec la droite alternative d’être normalisée »
Le conseil national démocrate juif

Le conseil national démocrate juif

« En tant que PDG de Breitbart News, Bannon a donné une voix au suprématistes blancs et à la droite alternative. Son racisme et son antisémitisme n’ont pas leur place à la Maison Blanche, et il doit se retirer, a déclaré le groupe dans un communiqué. Nous ne pouvons pas permettre à l’alliance de Donald Trump avec la droite alternative d’être normalisée […]. Notre communauté ne doit pas adapter ses standards face à la nature sans précédent d’une administration Trump. »

Matt Brooks, directeur exécutif de la Coalition juive républicaine

« Je n’ai jamais rencontré ou parlé avec Steve Bannon, et, à la coalition juive républicaine, nous attendons avec impatience de lui parler bientôt, d’apprendre à le connaître, et d’entendre ses réponses à certaines des questions qui ont été soulevées », a-t-il déclaré à Politico.

Bernie Marcus, cofondateur de Home Depot et membre du Conseil de la Coalition juive républicain

« Je connais Steve Bannon depuis des années. J’ai été choqué et peiné d’entendre les récentes attaques personnelles contre Steve, a-t-il déclaré dans un communiqué. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. La personne qui est diabolisée dans les médias n’est pas la personne que je connais. Ces attaques contre Steve ne sont rien de plus qu’une tentative d’ébranler la future administration Trump. Je sais que Steve est un sioniste passionné et un partisan d’Israël, qui ressent cela si fort qu’il a ouvert un bureau de Breitbart en Israël pour assurer que la véritable histoire pro-Israël soit publiée. Ce qui est fait à Steve Bannon est une shonda [une honte]. »

Le Centre d’action religieuse du judaïsme réformé

« A ses deux postes de rédacteur du site internet Breitbart et de stratège de la campagne Trump, M. Bannon a été responsable de la promotion d’idéologies antithétiques de notre nation, comme l’antisémitisme, la misogynie, le racisme et l’islamophobie, a déclaré dans un communiqué le rabbin Jonah Dov Pesner. Il ne devrait pas y avoir de place pour de telles opinions à la Maison Blanche. Le président élu Trump a déclaré vouloir être le président de tous. Nous l’exhortons, dans cet esprit, à rassembler une équipe de direction qui reflète cette aspiration. »

Le rabbin Jonah Pesner, directeur du Centre d'action religieuse du mouvement réformé. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Le rabbin Jonah Pesner, directeur du Centre d’action religieuse du mouvement réformé. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Bret Stephens, chef éditorialiste adjoint du Wall Street Journal

« En nommant Steve Bannon comme stratège en chef, il pourrait être dit que M. Trump équilibre les forces de l’establishment et de l’insurrection qui l’ont soutenu, a-t-il écrit dans un éditorial. Mais le fait important est que M. Bannon a présidé un site internet qui s’est réjoui d’appeler Bill Kristol un ‘juif renégat’, a déclaré d’Anne Applebaum qu’il n’y avait ‘rien de pire qu’un élitiste américaine, juive, polonaise méprisante’, et a défendu la Confédération, une ‘cause idéaliste et patriote’. Si les dirigeants républicains n’appellent pas M. Bannon à sortir de cela, il revient aux journalistes qu’ils lisent probablement de le faire. »

Bend the Arc Jewish Action

« Le choix du président élu Trump de Stephen Bannon, un pourvoyeur professionnel de rhétorique nationaliste blanche et antisémite, comme conseiller est aussi horrifiant que sans surprise, a déclaré dans un communiqué le président Stosh Cotler. Ceux d’entre nous qui ont été alarmés quand la campagne de Trump a commencé il y a un an commencent à voir que les choses que nous craignions sont proches, et c’est l’une d’entre elles : l’élévation d’un sectaire proclamé à un poste de pouvoir officiel incroyable. Le jour de l’élection, une majorité de votants a rejeté la haine au centre de la campagne Trump. Nous savons combien d’entre nous le rejoindraient en condamnant cette tentative du président élu de normaliser et légitimer la suprématie blanche, et nous appelons les dirigeants de l’ensemble du spectre politique à le dénoncer également. »

Ted Deutch, représentant de Floride, au quatrième jour de la Convention nationale démocrate, à Philadelphie, le 28 juillet 2016. (Crédit : Alex Wong/Getty Images via JTA)
Ted Deutch, représentant de Floride, au quatrième jour de la Convention nationale démocrate, à Philadelphie, le 28 juillet 2016. (Crédit : Alex Wong/Getty Images via JTA)

Ted Deutch, représentant démocrate de Floride

« Le président élu Trump a promis d’être un ‘président pour tous les Américains’, et je suis prêt à travailler avec son administration pour améliorer les vies de tous les Américains, a-t-il déclaré par e-mail au Times of Israël. Mais quand il nomme comme l’un de ses conseillers principaux quelqu’un qui a aidé à construire le mouvement raciste, sexiste et antisémite de la droite alternative, et qui a été accusé lui-même de déclarations antisémites, l’appel du président élu Trump à l’unité sonne creux. J’exhorte le président élu à annuler la nomination de Steve Bannon et à rassurer le pays, que sa Maison Blanche défendre la tolérance contre le sectarisme sous toutes ses formes. »

Truah : l’appel rabbinique pour les droits de l’Homme

« En nommant Steve Bannon au poste de stratège de la Maison Blanche, le président élu Trump a prouvé qu’il ne prévoyait pas de se distancier des menaces racistes et extrémistes qu’il a faites au cours de sa campagne, a déclaré dans un communiqué la directrice exécutrice de l’organisation, la rabbin Jill Jacobs. La promotion ouverte de Bannon des suprématistes blancs qui propagent les rhétoriques racistes et antisémites le disqualifie pour un poste de pouvoir aux Etats-Unis, dont la force repose dans la diversité. A un moment où les partisans du président élu se sentent encourager à mener quotidiennement des crimes de haine contre les personnes de couleur, les juifs, les musulmans, les immigrants, les personnes LGBTQ, les femmes et d’autres minorités, Bannon ne doit pas être autorisés à prendre un poste dans le service public. »

« Il devrait aller sans dire que le président des Etats-Unis ne devrait pas avoir un imbécile indigne, destructeur et inhumain de manière révulsante comme stratège en chef »
John Podhoretz

John Podhoretz, rédacteur de Commentary Magazine

« Le problème moral crucial de Steve Bannon est qu’en tant que PDG de l’organisation homonyme d’Andrew Breitbart, il est le complice et l’instigateur d’opinions extrémistes stupides, notamment antisémites. Il a utilisé le site pour promouvoir la droite alternative, qui a colporté l’antisémitisme ainsi que le racisme franc général et le nationalisme blanc. Le président des Etats-Unis ne devrait pas avoir un imbécile indigne, destructeur et inhumain de manière révulsante comme stratège en chef. »

L’Organisation sioniste américaine (ZOA)

« La propre expérience de la ZOA et l’analyse des articles de Breitbart confirme l’amitié et l’équité de M. Bannon et de Breitbart envers Israël et le peuple juif, a déclaré l’organisation dans un communiqué. Accuser M. Bannon et Breitbart d’antisémitisme relève d’Orwell. En fait, Breitbart lutte courageusement contre l’antisémitisme. »

Le président de la ZOA, Morton A. Klein. (Crédit : Joseph Savetsky/autorisation de la ZOA)
Le président de la ZOA, Morton A. Klein. (Crédit : Joseph Savetsky/autorisation de la ZOA)

Morton Klein, président de la ZOA

« La ZOA salue la nomination de Stephen Bannon comme stratège en chef de la future administration Trump/Pence. Nous souhaitons tout le succès possible à M. Bannon à son nouveau poste. Nous exhortons Jonathan Greenblatt/ADL à retirer [sa déclaration] et à s’excuser de leur assassinat inapproprié de M. Bannon et de Breitbart. »

Quinze membre démocrates juifs du Congrès ont signé une lettre appelant le président élu Trump à revenir sur la nomination de Bannon

« Votre nomination de Stephen Bannon, dont les liens au mouvement nationaliste blanc ont été très documentés, compromet directement votre capacité à unir le pays, ont-ils écrit.

« En tant que représentants élus de millions d’Américains d’origines, de religions et d’ethnicités diverses, nous vous exhortons fortement à reconsidérer votre décision de nommer M. Bannon stratège en chef de la Maison Blanche. »

Les signataires juifs de cette lettre sont David Cicilline, Steve Cohen, Susan Davis, Ted Deutch, Lois Frankel, Steve Israel, Sander Levin, Alan Lowenthal, Nita Lowey, Jerrold Nadler, Jared Polis, Jan Schakowsky, Adam Schiff, Debbie Wasserman Schultz et John Yarmuth.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...