Jeremy Corbyn, le chef du parti travailliste britannique, a annoncé mardi qu’il refusait de démissionner de ses fonctions malgré la motion de défiance, non contraignante, votée un peu plus tôt à son encontre par les députés du Labour.

« J’ai été démocratiquement élu chef de notre parti pour un nouveau genre de politique par 60% des membres et partisans du Labour, je ne les trahirai pas en démissionnant. Le vote d’aujourd’hui des députés n’a aucune légitimité constitutionnelle », a déclaré Corbyn dans un communiqué.

Une députée juive du Parlement britannique a rejoint plus de 30 autres membres du Labour anglais dans leur démission du cabinet fantôme (shadow cabinet) de l’opposition ; une partie des conséquences du vote britannique en faveur de la sortie de l’Union européenne.

Luciana Berger, juive la plus haut placée du cabinet fantôme, selon Jewish Chronicle, a démissionné lundi de son poste de ministre parallèle chargée de la santé mentale.

« J’ai toujours servi le Labour et notre dirigeant avec loyauté. Ayant écouté attentivement les membres locaux du parti, la loyauté au parti doit venir en premier », a écrit Berger dans sa lettre de démission adressée au chef du parti, Jeremy Corbyn. « Vous ne m’avez montré rien d’autre que de la gentillesse, mais nous avons besoin d’un dirigeant qui puisse unir le parti. »

La députée britannique travailliste Luciana Berger (Crédit : capture d'écran YouTube)

La députée britannique travailliste Luciana Berger (Crédit : capture d’écran YouTube)

Trente-deux membres du gouvernement parallèle, soit plus de la moitié de ses membres, ont démissionné lundi, en guise contestation contre la direction de Corbyn.