Le chef des services de renseignement du Mossad se joindra au Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de son voyage en Russie, au cours duquel il rencontrera le président russe Vladimir Poutine à la fin de la semaine.

Yossi Cohen participera aux réunions avec le leader russe, durant lesquelles Netanyahu devrait évoquer un cessez-le-feu en Syrie négocié par Washington et Moscou. Israël s’est opposé à cet accord, disant qu’il ne prend pas suffisamment en compte les inquiétudes israéliennes au sujet des ambitions iraniennes dans la région.

La délégation israélienne tentera d’obtenir des garanties attestant qu’après l’éventuelle adoption d’un cessez-le-feu qui mettrait un terme au conflit en Syrie, les forces iraniennes quitteront le pays et son territoire, a fait savoir un article d’Ynet.

La république islamique tenterait de forger un corridor terrestre depuis l’Iran vers le Liban, où opère son allié du Hezbollah, à travers l’Irak et la Syrie.

Netanyahu doit se rendre en Russie cette semaine pour rencontrer Poutine. Il s’entretiendra également de la nécessité de prévenir des affrontements entre les forces aériennes russe et israélienne dans l’espace aérien de la Syrie, a fait savoir samedi son bureau.

Netanyahu rencontrera Poutine dans la station touristique de la mer Noire de Sochi mercredi, a fait savoir ce communiqué. Netanyahu a rencontré Poutine pour la dernière fois au mois de mars, mais les deux hommes se sont fréquemment entretenus par téléphone depuis.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le président russe Vladimir Poutine lors de leur rencontre à Moscou, le 9 mars 2017. (Crédit : Pavel Golovkin/Pool/AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le président russe Vladimir Poutine lors de leur rencontre à Moscou, le 9 mars 2017. (Crédit : Pavel Golovkin/Pool/AFP)

« Les deux ont programmé cette rencontre pour évoquer les derniers développements dans la région », ajoute encore le communiqué, disant qu’il faut « noter que, au cours des deux dernières années, le Premier ministre Netanyahu a rencontré le président Poutine tous les deux à trois mois pour discuter des questions bilatérales et régionales avec l’intention d’empêcher tout affrontement entre les forces aériennes israéliennes et russes en Syrie, jusqu’à présent avec succès ».

La Russie est entrée dans la guerre civile syrienne en 2015 pour soutenir le régime de Bashar Assad, bombardant régulièrement les groupes rebelles opposés au régime de Damas.

Tandis qu’Israël a rarement reconnu mener ses propres frappes aériennes en Syrie, de nombreux raids sur des transferts d’armement ont été attribués à Jérusalem.

Malgré la coordination entre les deux pays, certaines des frappes aériennes israéliennes rapportées en Syrie sur des convois d’armement ont entraîné des tensions entre Jérusalem et Moscou.

Au mois d’avril, Moscou a convoqué l’ambassadeur israélien en Russie, Gary Koren, pour protester contre une frappe israélienne qui avait presque touché des troupes russes stationnées dans la zone. L’ambassadeur syrien à Moscou avait plus tard indiqué que la Russie avait changé de politique et qu’elle n’accordait plus de liberté d’action à l’Etat juif dans l’espace aérien syrien.

Netanyahu avait ultérieurement démenti les informations affirmant que Moscou avait demandé à Israël de mettre un terme aux frappes aériennes en Syrie, promettant que l’armée israélienne continuerait à attaquer des convois de transport d’armes.