Le Danemark songe à adopter une position plus ferme envers Israël si les négociations au Caire avec les Palestiniens n’aboutissent pas aux résultats escomptés, affirme lundi le ministre des Affaires étrangères danois. Il menace Jérusalem de sanctions économiques.

« Si cette fois-ci, rien ne se passe lors des négociations de paix, et si nous ne voyons pas d’autre forme de réaction de la part d’Israël, nous discuterons, alors, de la nouvelle marche à suivre, qui comprendra un changement dans nos relations commerciales avec Israël », a indiqué Martin Lidegaard au journal Jyllands-Posten. « J’espère que nous n’aurons pas à aller aussi loin, mais je pense que la politique de l’UE tend vers cette direction ».

Lidegaard, qui a pris les fonctions de ministre des Affaires étrangères en février, a exhorté Israël à lever son « blocus » de la bande de Gaza et à mettre fin à « ses implantations illégales » en Cisjordanie, car cela ébranle la mise en place de la solution à deux Etats.

Les Palestiniens, ajoute-t-il, doivent démilitariser le Hamas et les autres groupes terroristes de Gaza.

Les relations qui unissent Copenhague et Jérusalem sont généralement chaleureuses, et c’est vraisemblablement la raison pour laquelle Israël a décidé de ne pas réagir avec colère à la menace de Lidegaard.

« Le ministre des Affaires étrangères danois se méprend dans son analyse de la situation actuelle entre Israël et les Palestiniens, » a expliqué lundi un diplomate au Times of Israel.

« Nous sommes sûrs qu’une visite de terrain lui permettra d’avoir une perspective meilleure et plus équilibrée sur les questions et les problèmes auxquels nous devons faire face ».

Les partis de l’opposition ont critiqué les déclarations de Lidegaard, tout comme le ministre du Commerce, Mogens Jensens, qui a indiqué qu’aucune sanction contre Israël n’était nécessaire pour le moment. Une telle mesure ne peut pas être décidée par le gouvernement [danois], explique-t-il.

« Vous pouvez utiliser ces sanctions lorsque ces mesures ont été approuvées par la sphère internationale », a indiqué Jensen au Jyllands-Posten.

« Je pense que cela n’a pas de sens si le Danemark le fait tout seul, car cela n’aura aucun effet. Et je ne pense pas pouvoir affirmer qu’il soit nécessaire de mettre en place une sanction pour le moment, » conclut Jensen.