Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est rendu lundi sur les lieux de la prise d’otages du supermarché casher de Paris, dans laquelle quatre personnes ont été tuées vendredi, a annoncé à l’AFP l’ambassade d’Israël.

Le chef du gouvernement de l’Etat hébreu, accompagné de son ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman, doit « rendre hommage » sur place aux victimes lors d’une brève et « sobre » cérémonie, « sans discours », a précisé une porte-parole.

Le ministre de l’Intérieur français, Bernard Cazeneuve, s’est rendu à Sarcelles pour venir en réconfort de la communauté juive. Il s’est rendu plus tôt dans une école juive de Montrouge, d’où était originaire l’une des quatre victimes, Philippe Braham.

Accueilli aux cris de « Bibi, Bibi », son surnom, le Premier ministre israélien, sous très haute protection, s’est recueilli devant les fleurs déposées sur les lieux du drame, a constaté un journaliste de l’AFP. Il avait la veille rendu hommage aux victimes à la Grande synagogue de Paris.

Il s’est uniquement adressé à la presse israélienne.

« La mémoire de ces quatre âmes saintes, Francois-Michel, Philippe, Yoav et Yohan sera, à jamais, ancrée dans nos cœurs. Je veux rendre un hommage particulier et remercier ce jeune homme originaire du Mali Lassana Bathily, Musulman, qui a aidé à sauver sept Juifs, » a déclaré Netanyahu.

Sacha Reingewirtz, président de l’Union des Étudiants de Juifs français, était présent.

Il a déposé une bougie à terre devant l’HyperCacher, où des centaines de fleurs et de bougies ont été déposées depuis vendredi, pendant que des spectateurs venus le saluer entonnaient la Marseillaise.

Il est reparti au bout d’une dizaine de minutes, sous les applaudissements d’une centaine de personnes, dont beaucoup arboraient un drapeau israélien.

L’ambassade d’Israël en France avait annoncé samedi soir que Benjamin Netanyahu se rendrait en France pour participer à la manifestation contre le terrorisme qui a rassemblé plus d’un million et demi de personnes dimanche à Paris.