Le président russe Vladimir Poutine met en garde Israël samedi contre une vente « contre-productive » d’armes à l’Ukraine, en représailles à sa propre décision controversée de fournir un système de missiles S-300 avancés surface-air à l’Iran.

« C’est le choix des dirigeants israéliens », a déclaré le dirigeant russe. « C’est leur droit de faire ce qu’ils jugent approprié. »

Mais, a-t-il averti dans les médias gouvernementaux russes : « cela ne fera que mener à une nouvelle série de conflits, avec une hausse du nombre de victimes – et le résultat sera le même ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu avec Poutine jeudi dans une vaine tentative de convaincre le président russe de s’abstenir de vendre le système aux Iraniens.

« Poutine a souligné que le système de missiles S-300 est purement défensif et ne représentera pas de menace pour Israël ou tout autre pays dans le Moyen-Orient, » a indiqué le Kremlin dans un communiqué, selon Sputnik.

Netanyahu pourrait se rendre à Moscou pour rencontrer Poutine en personne et l’exhorter à nouveau à ne pas procéder à la vente à l’Iran, selon la Deuxième chaîne.

Poutine a défendu sa décision de vendre le système aux Iraniens, alléguant que sa suspension en 2010 était volontaire et non reliée à d’autres sanctions contre la République islamique.

Selon les responsables américains, la vente est davantage un signe de la crise économique russe, et relève moins d’un désir de susciter un conflit en Occident.

La Russie a été placée sous une série de sanctions occidentales, pour avoir annexé la Crimée en mars dernier. Elle a ensuite été accusée de soutenir les hommes qui combattent les forces de Kiev en Ukraine orientale.

« La volonté de la Russie de s’engager dans une transaction controversée comme celle-ci met au jour la faiblesse de son économie », a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, jeudi.

« Que la Russie soit assez désespérée pour générer quelque revenus n’est pas une grande surprise, » a déclaré Earnest aux journalistes.

L’Iran a déclaré que la Russie pourrait livrer des systèmes de missiles sophistiqués à Téhéran cette année.

Le président américain Barack Obama a déclaré vendredi qu’il était surpris que la suspension des ventes de missiles de la Russie à l’Iran « ait tenu aussi longtemps ».

Obama a souligné que Poutine avait déjà suspendu la vente « à notre demande. Je suis franchement surpris qu’elle ait tenu si longtemps, étant donné qu’elle n’entrait pas dans le cadre des sanctions ».