La décision d’Israël d’accélérer les plans pour la construction de 1 000 logements à Jérusalem-Est et la poursuite de la construction juive provoqueront une « explosion », a prévenu lundi un haut dirigeant du Fatah, le parti du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

« De telles mesures unilatérales mèneront à une explosion », a dit à la presse Jibril Rajoub à Ramallah, en Cisjordanie, alors que la partie palestinienne de Jérusalem est en proie à de vives tensions.

« L’escalade israélienne à Jérusalem occupée et dans les lieux saints, les dangereuses agressions quotidiennes et l’annonce d’un nouveau plan de colonisation à Jérusalem constituent un danger que nous condamnons et considérons comme inacceptable », a pour sa part déclaré à la presse Nabil Abou Roudeina, porte-parole de la présidence palestinienne.

Le négociateur en chef palestinien Saëb Erekat a, lui, affirmé à l’AFP, que les Palestiniens envisageaient désormais d’accélérer leurs démarches « auprès du Conseil de sécurité de l’ONU » auquel ils veulent prochainement soumettre un projet de résolution fixant une date à la fin de l’occupation israélienne, ainsi que leur adhésion à la Cour pénale internationale « car toutes les décisions du gouvernement de Benjamin Netanyahu sont des crimes de guerre ».

Il a en outre appelé l’administration américaine à « dire clairement son opposition aux actions israéliennes, à revoir sa position biaisée en faveur d’Israël et à ne plus s’opposer à notre adhésion à la CPI ».

Abou Roudeina en a également appelé à Washington pour arrêter les Israéliens « afin d’empêcher une détérioration encore plus importante, du fait surtout que la situation régionale fait redouter une tempête historique susceptible de provoquer un séisme qui emporterait tout le monde sans distinction ».