L’Autorité israélienne des Antiquités (IAA) a arrêté le week-end dernier un gang de voleurs en flagrant délit de pillage d’une tombe antique dans le nord d’Israël, a annoncé l’organisation dans un communiqué mercredi.

Les fouilles illégales ont entraîné de « graves dégâts aux couches archéologiques et aux corps inhumés. » Des restes humains enterrés dans la cavité, qui dateraient de l’époque romaine, ont été perturbés, a déclaré une porte-parole de l’IAA.

Il n’a pas été précisé si la tombe était juive, mais elle est associée à Horbat Mishkena, un village juif de la période romaine connue des archéologues par des études et la littérature rabbinique.

Les trois voleurs, dont les noms n’ont pas été cités, habitent tous dans le village de Turan, en Basse Galilée. Ils ont été surpris en flagrant délit par des agents de l’unité de prévention des vols d’antiquités de l’IAA, mais ont tout de même provoqué un « énorme gâchis ».

« Le village de Mishkena est mentionné dans le Talmud de Jérusalem comme un village juif situé à mi-chemin entre Sepphoris et Tibériade”, a déclaré Nir Distelfeld, archéologue de l’IAA. « Les cavités de funérailles creusées, qui sont habituellement scellées par une large et lourde pierre, contiennent parfois des objets utilisés pendant les cérémonies d’enterrement. »

Les objets parfaitement préservés dans ces cavités peuvent se vendre à un prix fantastique sur le marché noir, a-t-il déclaré, « et pour l’argent, les voleurs détruisent toute notre histoire et écrasent des pans entiers du puzzle archéologique du pays. »

Des outils de fouille confisqués à des voleurs d'antiquité pris en flagrant délit par les inspecteurs de l'Autorité israélienne des Antiquités, en décembre 2016. (Crédit : Nis Distelfeld, Autorité israélienne des Antiquités)

Des outils de fouille confisqués à des voleurs d’antiquité pris en flagrant délit par les inspecteurs de l’Autorité israélienne des Antiquités, en décembre 2016. (Crédit : Nis Distelfeld, Autorité israélienne des Antiquités)

Les trois suspects ont été détenus dans un poste de police local, interrogé et libéré sous caution. S’ils sont inculpés, ils risquent une peine de cinq ans de prison pour fouilles illégales et destruction d’antiquités.

————————

Suiviez Ilan Ben Zion sur Twitter et sur Facebook.