10 Palestiniens blessés lors de heurts avec l’armée israélienne
Rechercher

10 Palestiniens blessés lors de heurts avec l’armée israélienne

Tsahal a confirmé les accrochages mais n'a pas fait usage de balles réelles

Des Palestiniens jettent des pierres sur les forces de sécurité à Naplouse (Crédit : Issam Rimawi/Flash 90)
Des Palestiniens jettent des pierres sur les forces de sécurité à Naplouse (Crédit : Issam Rimawi/Flash 90)

Des affrontements ont éclaté vendredi entre manifestants palestiniens et soldats israéliens escortant des fidèles juifs pour une visite au Tombeau de Joseph à Naplouse en Cisjordanie, faisant dix blessés, selon des sources palestiniennes.

Des responsables de la sécurité et des témoins palestiniens ont affirmé que les soldats avaient tiré à balles réelles et caoutchoutées sur les manifestants.

Tsahal a confirmé les accrochages mais n’a pas fait usage de balles réelles.

Plus de 1 000 résidents d’implantations voisines ont été transportés en bus en début de journée pour prier sur le tombeau de Joseph, et les soldats ont bloqué les routes menant au site, selon les sources palestiniennes. En signe de protestation, des Palestiniens ont lancé des pierres s’attirant une riposte des soldats.

Une porte-parole de l’armée a précisé que celle-ci avait escorté jusqu’à 3 000 visiteurs juifs au tombeau depuis mercredi soir.

Quelque 200 Palestiniens se sont approchés du site, lançant des pierres et brûlant des pneus, selon elle.

Les soldats ont riposté par des « moyens anti-émeutes » mais n’ont pas tiré des balles réelles, a-t-elle ajouté.

Situé au coeur du grand camp de réfugiés palestiniens de Balata, le Tombeau de Joseph, fils du patriarche Jacob, est un lieu de pèlerinage juif même si de nombreux historiens estiment qu’il s’agit du tombeau d’un imam et que le site était auparavant un lieu saint pour les Samaritains, une secte séparée du judaïsme.

L’armée israélienne y autorise un pèlerinage mensuel, nocturne pour éviter tout contact avec la population palestinienne locale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...