12 rabbins rencontrent le NY Times pour discuter de la caricature antisémite
Rechercher

12 rabbins rencontrent le NY Times pour discuter de la caricature antisémite

Selon le rabbin Joseph Potasnik, du Conseil des rabbins de New York, il s'agissait d'un "échange honnête et franc" sur le dessin polémique et la couverture médiatique d'Israël

Une caricature du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du président américain Donald Trump publiée dans l'édition internationale du New York Times le 25 avril 2019. Le journal a ensuite reconnu qu'elle 'contenait des clichés antisémites'.  (Raoul Wootliff/Times of Israel)
Une caricature du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du président américain Donald Trump publiée dans l'édition internationale du New York Times le 25 avril 2019. Le journal a ensuite reconnu qu'elle 'contenait des clichés antisémites'. (Raoul Wootliff/Times of Israel)

NEW YORK (JTA) — Mercredi matin, une dizaine de rabbins américains de tous les principaux courants a rencontré le propriétaire et le rédacteur en chef du New York Times concernant la caricature antisémite que le journal a publiée et sa couverture médiatique générale d’Israël.

La rencontre, qui s’est tenue dans les bureaux du New York Times au centre de Manhattan, a duré une heure et demie et a été organisée par le Conseil des rabbins de New York, un groupe qui rassemble plusieurs courants juifs. Le rabbin Joseph Potasnik, le vice président exécutif du groupe, a déclaré que A.G. Sulzberger et James Bennet, le propriétaire et rédacteur en chef du journal, « ont reconnu le problème » de la caricature comme étant antisémite.

La caricature, qui a été publiée le mois dernier dans la partie opinion de l’édition internationale du journal, a représenté le Premier ministre Benjamin Netanyahu comme un chien en laisse conduisant un président américain Donald Trump aveugle. Le dirigeant américain portait une kippa et le collier de Netanyahu avait une Etoile de David.

Le journal a présenté ses excuses pour la caricature et a publié un rectificatif la critiquant. Le journal a déclaré qu’il a mis à jour sa formation contre « un préjugé inconscient » dans le sillage de la polémique, qu’il a sanctionné le rédacteur qui a publié la caricature et a cessé de travailler avec le service qui avait fourni le dessin.

Cette photo du 10 octobre 2012 montre le bâtiment du New York Times à New York. (AP Photo/Richard Drew, File)

« Cela a donné à tout le monde la possibilité d’exprimer son opinion, a déclaré Potasnik au sujet de la rencontre. Tout le monde était très direct, très franc sur ce qu’il ressentait. J’ai eu l’impression qu’il s’agissait d’un échange très sain, très honnête, et c’est ce qu’il faut. »

Potasnik a déclaré que cette réunion a été très largement consacrée à un échange sur la couverture médiatique d’Israël dans le Times, que beaucoup de soutiens d’Israël ont vu comme étant négative envers l’Etat juif. Il a déclaré que Sulzberger et Bennet étaient ouverts aux commentaires des rabbins, et que le groupe avait prévu une nouvelle rencontre.

« C’est la question du journalisme, a-t-il déclaré. « Quelle est la culture du Times vis-à-vis d’Israël ? Toutes ces questions ont été abordées. La caricature a permis de lancer la conversation, mais ce n’était pas le sujet principal. »

The New York Times a refusé de commenter la rencontre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...