13 ultra-orthodoxes arrêtés pour avoir bloqué une autoroute
Rechercher

13 ultra-orthodoxes arrêtés pour avoir bloqué une autoroute

La route 4 a rouverte après l’intervention de la police lors d’une manifestation à l’extérieur de la prison Hadarim

Manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre le service militaire, dans le centre de Jérusalem, le 28 mars 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre le service militaire, dans le centre de Jérusalem, le 28 mars 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Treize manifestants ultra-orthodoxes ont été arrêtés jeudi pendant que la police dispersait une manifestation qui bloquait une grande route au centre d’Israël.

Le trafic sur l’autoroute 4 a été arrêté dans les deux sens par quelque 600 hommes ultra-orthodoxes qui ont manifesté devant la prison Hadarim pour protester contre l’incarcération d’un membre de leur communauté.

La police a annoncé que 13 hommes avaient été arrêtés.

Les manifestants se sont rassemblés pour soutenir un détenu Haredi qui aurait agressé un policier venu l’arrêter pour avoir milité contre l’enrôlement des personnes ultra-orthodoxes dans l’armée israélienne, selon le site d’information Ynet.

Les autoroutes israéliennes étaient bondées en raison de la célébration de la fête de Pessah qui dure une semaine qui a commencé lundi soir. Comme les manifestants bloquaient l’autoroute 4, la police a demandé aux conducteurs de trouver des itinéraires alternatifs jusqu’à ce que l’autoroute puisse être dégagée. La police a rouvert l’autoroute après environ une heure après l’incident.

Manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre le service militaire, dans le centre de Jérusalem, le 28 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre le service militaire, dans le centre de Jérusalem, le 28 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le 4 avril, quelque 150 manifestants ultra-orthodoxes ont essayé de bloquer l’intersection Geha – l’un des principales intersections dans le centre d’Israël – pour protester contre l’emprisonnement de l’étudiant de Yeshiva Yisrael Meir Toledano pendant 56 jours dans une prison militaire.

Son arrestation, il y a plusieurs semaines de cela, pour ne pas s’être enrôlé à l’armée a suscité des manifestations sporadiques à l’échelle nationale, dont beaucoup ont été violentes.

Plusieurs policiers ont été blessés et de dizaines de manifestants ont été arrêtés lors des manifestations qui ont suivi. Le chef spirituel de Toledano, Rabbi Shmuel Auerbach, a encouragé les manifestations pour protester contre son arrestation.

Lundi soir, au cours d’un rassemblement de Jérusalem pour soutenir Toledano et un autre ultra-orthodoxe, qui lui aussi ne s’est pas enrôlé, qui a eu lieu à la fin d’une courte période de congé qui leur a été accordée pour la première nuit de la Pâque – les deux hommes ont été renvoyés en prison militaire dans une camionnette blanche.

Des milliers de Juifs ultra-orthodoxes pendant une manifestation de soutien à deux étudiants en yeshiva qui ont refusé de se présenter au bureau de recrutement de l'armée et sont emprisonnés, à Jérusalem, le 11 avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des milliers de Juifs ultra-orthodoxes pendant une manifestation de soutien à deux étudiants en yeshiva qui ont refusé de se présenter au bureau de recrutement de l’armée et sont emprisonnés, à Jérusalem, le 11 avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les juifs ultra orthodoxes, connus sous le nom de Haredim, représentent environ 10 % de la population israélienne et vivent en conformité avec une interprétation stricte des lois juives.

Les ultra-orthodoxes sont dispensés de service militaire lorsqu’ils étudient dans des écoles religieuses, les yeshiva. La question est controversée pour les Israéliens laïques, et des tentatives ont été faites pour supprimer l’exemption.

Quoi qu’il en soit, ils doivent s’inscrire au bureau de recrutement, mais certains – inspirés par des rabbins hostiles à toute coopération avec les autorités israéliennes – refusent même d’aller au bureau et peuvent être arrêtés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...