140 dirigeants juifs US demandent à Gantz et à Ashkenazi de refuser l’annexion
Rechercher

140 dirigeants juifs US demandent à Gantz et à Ashkenazi de refuser l’annexion

Alors que le chef de Kakhol lavan aurait accepté d'annexer la Judée-Samarie pour un gouvernement d'unité, des signataires juifs américains avertissent que cela nuirait à Israël

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Benny Gantz (à gauche) et Gabi Ashkenazi lors d'un événement de la campagne Kakhol lavan à Kfar Saba, le 12 février 2020. (Gili Yaari/Flash90)
Benny Gantz (à gauche) et Gabi Ashkenazi lors d'un événement de la campagne Kakhol lavan à Kfar Saba, le 12 février 2020. (Gili Yaari/Flash90)

WASHINGTON – Près de 140 dirigeants juifs américains ont dévoilé lundi une lettre ouverte adressée au chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, et à son adjoint, le député Gabi Ashkenazi, les exhortant à « rester fermes » dans leur opposition à l’annexion de la Judée-Samarie (Cisjordanie) sous un gouvernement d’union.

La missive met en garde contre le fait de laisser la pandémie de coronavirus permettre à Israël d’annexer les implantations de Judée-Samarie, à un moment où le pays doit s’unifier face à une urgence de santé publique.

« Au milieu de cette crise sanitaire et financière sans précédent pour Israël, nous vous demandons respectueusement de ne pas utiliser le besoin d’unité face à l’urgence pour créer une crise différente pour Israël en allant de l’avant avec une annexion unilatérale », ont écrit les dirigeants juifs américains.

La lettre a été élaborée par l’Israel Policy Forum, une organisation à but non lucratif basée à New York qui plaide en faveur d’une solution à deux États.

Elle a été signée par un certain nombre de philanthropes juifs éminents, tels que Charles Bronfman et Donald Sussman, et par des chefs religieux, le rabbin Rick Jacobs, qui dirige l’Union for Reform Judiasm, et David Saperstein, ancien directeur du Religious Action Center et ambassadeur américain pour la liberté religieuse internationale dans l’administration Obama.

Le membre du Congrès Steve Israel. (Katrina Hajagos)

Parmi les autres signataires figurent l’ancien membre du Congrès de Floride Steve Israel et l’actuelle directrice du Conseil national des femmes juives Sheila Katz, entre autres.

Se décrivant eux-mêmes comme « fièrement sionistes, incontestablement pro-Israël », les dirigeants juifs ont déclaré que l’annexion unilatérale de la Judée-Samarie par Jérusalem éloignerait les Juifs américains.

« Si l’annexion est décidée, la majorité des Juifs américains qui s’opposent à une telle politique se sentiront plus éloignés d’Israël », selon la lettre. « Tout comme nous attendons de notre propre gouvernement qu’il se concentre sur la crise actuelle sans utiliser la peur et l’incertitude ressenties par les Américains pour faire passer des politiques nuisibles et sans rapport, nous demandons que les dirigeants de l’État juif dans lequel nous sommes tous si engagés fassent de même ».

L’appel public intervient alors que Gantz aurait indiqué dans les négociations qu’il est prêt à faire un compromis sur l’annexion de la Judée-Samarie pour former un gouvernement d’unité avec le parti Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui lui a demandé de soutenir cette initiative.

M. Netanyahu considère l’annexion de la Judée-Samarie comme un geste historique et a tenu à ce que la promesse électorale soit tenue avant qu’il ne cède le poste de Premier ministre à Gantz à l’automne 2021, dans le cadre d’un accord de principe.

Gantz, en revanche, s’oppose depuis longtemps à l’annexion unilatérale mais reconnaît que le bloc de droite dispose actuellement d’une majorité qui milite vigoureusement en sa faveur.

Photo composite du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et de Benny Gantz dans des bureaux de vote de Jérusalem et de Rosh Haayin, respectivement, pendant les élections à la Knesset, le 2 mars 2020. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL, AP Photo/Sebastian Scheiner)

Selon les informations publiées lundi, l’accord qui se dessine prévoit qu’Israël annexera jusqu’à 30 % de la Judée-Samarie – toutes les implantations et la vallée du Jourdain – d’ici le début de l’été.

Sur la question de l’annexion, les parties ont décidé que le gouvernement agira avec le plein accord des États-Unis et dans le cadre de pourparlers avec la communauté internationale, tout en préservant les intérêts stratégiques et les accords de paix, selon les rapports des médias israéliens.

Selon l’accord annoncé, Netanyahu consultera Gantz sur la question, mais n’aura apparemment pas besoin de son accord. Un vote sur l’annexion serait organisé dans les mois à venir et ne serait pas reporté jusqu’à ce que l’épidémie de coronavirus soit passée. Le groupe Kakhol lavan n’aura pas de veto pour bloquer le vote, mais il aura toute latitude pour décider de la manière dont il votera.

Mais même sans le soutien de Kakhol lavan, il y aurait probablement un soutien suffisant parmi les députés de droite du parti d’opposition Yisrael Beytenu pour approuver l’annexion.

Les dirigeants juifs américains ont déclaré que faire progresser l’annexion maintenant serait « particulièrement préjudiciable » – non seulement parce que cela nuirait aux chances d’un éventuel accord de paix avec les Palestiniens, mais aussi parce que cela donnerait l’impression que Jérusalem profite d’une pandémie mondiale.

Par ailleurs, ils avertissent que cela affaiblirait le plaidoyer pro-israélien aux États-Unis : « Cela sera considéré comme de l’opportunisme politique par les partisans de l’annexion au pire moment possible et rendra la tâche plus difficile aux dirigeants juifs américains qui cherchent à maintenir un soutien fort à Israël et aux politiques pro-Israël en ce moment ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...