150 chefs d’entreprise réclament l’adoption d’un budget sur deux ans
Rechercher

150 chefs d’entreprise réclament l’adoption d’un budget sur deux ans

Soutenant la demande de Kakhol lavan dans un contexte de crise de coalition croissante, les signataires estiment qu'un plan couvrant 2021 aidera à trouver une stabilité économique

Un Israélien portant un masque par crainte du coronavirus au marché Mahane Yehuda de Jérusalem, le 20 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Un Israélien portant un masque par crainte du coronavirus au marché Mahane Yehuda de Jérusalem, le 20 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Environ 150 dirigeants d’entreprises israéliennes ont signé une lettre rendue publique dans la journée de dimanche appelant le gouvernement à adopter un budget couvrant les deux prochaines années, affirmant qu’une telle initiative aidera à apporter de la stabilité économique dans le pays.

Cette initiative a été prise par la fondatrice de Genie, Ayelet Carasso, aux côtés de Shimon Eckhouse, créateur de la firme de technologie esthétique Syneron, et de son fils Ronen.

« Tout le monde comprend qu’au cours de cette période, ce dont le gouvernement a besoin par dessus tout, c’est de la capacité des ministères à prévoir les choses jusqu’à la fin de l’année 2021. C’est essentiel pour permettre de faire avancer l’économie et les affaires en Israël. Un budget allant jusqu’à 2021 aidera à réduire les incertitudes économiques », a dit la missive.

« Nous appelons tous les membres de la Knesset et tous les ministres du gouvernement à adopter immédiatement le budget de l’Etat pour la fin de l’année 2020 et pour 2021. Soyez fermes sur cette décision importante – n’oubliez pas votre engagement à l’égard des citoyens d’Israël. Ils doivent être votre priorité et c’est ce qu’ils attendent de vous », a continué le courrier.

Cette missive a été écrite alors que le pays semble se rapprocher encore d’un pas d’un quatrième cycle électoral en l’espace de deux ans, alors que les députés des partenaires de coalition du Likud et de Kakhol lavan commencent à s’affronter ouvertement sur le sujet de la crise entraînée concernant l’approbation d’un budget.

Le gouvernement a jusqu’au 25 août pour approuver un budget. Il sera automatiquement dissous le cas échéant.

La créatrice de Genie, Ayelet Carasso, le 12 mai 2015. (Capture d’écran/Reuters/YouTube)

Carasso a déclaré au site financier d’information Calcalist que les signataires étaient issus de tout le spectre politique.

« Nous avons ciblé toutes les factions et il n’y a aucun lien politique ici », a-t-elle commenté. « Les signataires sont des entrepreneurs et des économistes des deux côtés de l’échiquier politique parce que tout le monde peut comprendre que le budget doit être adopté. Si l’Etat était une entreprise, il renverrait son directeur-général ou il baisserait le rideau. »

La lettre a été signée par, entre autres, le directeur de Cellcom Ami Harel ; Hay Galis, directeur général du groupe Big ; Yoel Carasso, président de Carasso Motors ; Giora Inbar ; Avner Stepak, l’un des propriétaires de la maison d’investissement Meitav Dash Investment House ; l’entrepreneur Orni Petruschka ; Eyal Waldman, fondateur et président de Mellanox ; et l’inventeur de la carte-mémoire USB Dov Moran.

Lorsque la pandémie de coronavirus avait frappé l’Etat juif, le pays avait été placé en confinement à la mi-mars, immobilisant presque totalement l’économie. Les chiffres du chômage avaient grimpé en flèche en passant d’environ 5 % à 26 % et, au mois d’avril, plus d’un million d’Israéliens s’étaient retrouvés sans emploi.

Même si les mesures de confinement ont été levées dans leur majorité au cours de ces derniers mois, le chômage est encore à plus de 21 %, a fait savoir le Service de l’emploi dimanche. Presque 882 000 personnes sont sans activité professionnelle dans le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...