16 résidents d’une maison de retraite attrapent la COVID-19 bien que vaccinés
Rechercher

16 résidents d’une maison de retraite attrapent la COVID-19 bien que vaccinés

Tous sont actuellement asymptomatiques ; le ministère de la Santé va examiner si les résidents ont été infectés par un variant du virus

Illustration : Des employés du Magen David Adom devant une maison de retraite à Jérusalem, le 12 octobre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Illustration : Des employés du Magen David Adom devant une maison de retraite à Jérusalem, le 12 octobre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Seize résidents d’une maison de retraite à Ashkelon ont été évacués par les médecins du Magen David Adom jeudi après avoir été diagnostiqués positifs à la COVID-19, a rapporté Walla.

Ils ont été transportés dans une clinique à Hadera, près de Haïfa. Aucun d’entre eux ne présente de symptômes et la plupart sont vaccinés, selon Walla.

Le ministère de la Santé va enquêter pour savoir si les résidents de Neot Avi ont été infectés par une souche variante.

Selon les données publiées par le ministère de la Santé en février, le vaccin Pfizer protège à 99,2 % contre les maladies graves, réduit la morbidité de 95,8 % et diminue le risque d’hospitalisation de 98,9 %. Il prévient également 98,9 % des décès.

Un étudiant est vacciné contre la COVID-19 au lycée Amal dans la ville de Beer Sheva, dans le sud d’Israël, le 17 mars 2021. (Crédit : Flash90)

La semaine dernière, une étude israélienne a révélé que le variant sud-africain du coronavirus était nettement plus apte à « percer » le vaccin Pfizer-BioNTech que les autres variants.

Une équipe de l’Université de Tel Aviv et de l’organisation de soins de santé Clalit a séquencé les écouvillons de 150 Israéliens qui se sont révélés positifs à la COVID-19 alors qu’ils avaient été vaccinés.

Une femme médecin avec une seringue devant un drapeau sud-africain. (Crédit : Igor Vershinsky via iStock by Getty Images)

Dans leur étude, la prévalence de la souche sud-africaine chez les personnes vaccinées qui étaient infectées malgré leur vaccination était huit fois plus élevée que sa prévalence dans la population infectée non vaccinée. Bien que le nombre de ces infections parmi les personnes vaccinées ait été relativement faible, les résultats indiquent que cette variante réussirait beaucoup mieux que les autres souches à passer à travers les défenses des personnes vaccinées.

Cette étude, qui a été publiée en ligne mais n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs, est susceptible de soulever des questions concernant la propre étude de Pfizer sur le terrain, qui a révélé qu’en Afrique du Sud, malgré la prévalence de la souche locale, le vaccin était efficace à 100 %.

Le nombre de patients COVID-19 dans un état grave en Israël, actuellement de l’ordre de 220, est tombé à son niveau le plus bas depuis des mois alors que la pandémie de coronavirus continue de s’atténuer dans le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...