Israël en guerre - Jour 256

Rechercher

À Londres, 2 femmes, soupçonnées d’être partisanes du Hamas, inculpées

Selon les procureurs, les soupçons laissent penser que les suspects sont des partisans du Hamas. Le Premier ministre britannique dénonce un projet de manifestation pro-palestinienne le jour du Souvenir

Rassemblement pro-palestinien et anti-israélien à Londres le 21 octobre 2023 pour exiger un cessez-le-feu. (Crédit : Henry Nicholls/AFP)
Rassemblement pro-palestinien et anti-israélien à Londres le 21 octobre 2023 pour exiger un cessez-le-feu. (Crédit : Henry Nicholls/AFP)

Vendredi, deux femmes britanniques ont été inculpées d’infraction terroriste pour avoir défilé avec des pancartes revêtues d’images de parapentes à l’occasion d’une manifestation pro-palestinienne, à Londres, le mois dernier.

Lors du massacre perpétré par le Hamas, le 7 octobre dernier, quelque 3 000 terroristes originaires de la bande de Gaza se sont introduits en territoire israélien par voie terrestre, maritime et même aérienne, pour la cellule qui a utilisé des parapentes pour entrer en Israël.

Le Crown Prosecution Service a déclaré que Heba Alhayey, 29 ans, et Pauline Ankunda, 26 ans, toutes deux habitantes du sud de Londres, ont été inculpées « du chef d’accusation de port ou affichage d’un article, à savoir une image montrant un parapente, de nature à alimenter le soupçon raisonnable qu’elles sont partisanes d’une organisation interdite, à savoir le Hamas, le samedi 14 octobre 2023 », a rapporté The Guardian.

Les femmes risquent jusqu’à six mois d’emprisonnement.

La police a également demandé l’aide du public pour identifier une troisième femme qui a également affiché l’image d’un parapentiste lors du rassemblement, ainsi qu’un homme qui tenait une pancarte disant « Je soutiens pleinement le Hamas » lors d’une autre manifestation à Londres, le 21 octobre.

Le commandant Dominic Murphy, chef du commandement antiterroriste du Met, a dit à la BBC que ses services « avaient travaillé vite et très efficacement ».

La police métropolitaine fait l’objet de critiques qui vont crescendo s’agissant de sa manière de maintenir l’ordre lors des rassemblements hebdomadaires pro-palestiniens qui se tiennent dans le centre de Londres. Pour certains, la police ne parvient pas à réprimer les discours de haine.

Par ailleurs, des groupes pro-palestiniens ont organisé des sit-in de masse dans le but de perturber la circulation dans les gares très fréquentées de la capitale britannique.

Des dizaines de milliers de manifestants défilent chaque semaine au Royaume-Uni pour exiger le cessez-le-feu immédiat, avec des drapeaux palestiniens et des slogans tels que « Du fleuve à la mer, la Palestine sera libre », appel clair à l’élimination d’Israël que beaucoup qualifient d’antisémite.

La police a dit à Sky News « vouloir renforcer la réponse policière », alors que des milliers de personnes se disent prêtes à se rassembler pour une nouvelle manifestation dans la capitale.

Vendredi, le Premier ministre britannique Rishi Sunak a critiqué le projet de rassemblement pro-palestinien, à Londres, le 11 novembre, jour du Souvenir.

Cette journée commémore le cessez-le-feu qui a signé la fin des hostilités de la Première Guerre mondiale : c’est, au Royaume-Uni, la journée d’hommage national aux victimes de la guerre.
Sunak, qui s’est rendu en Israël peu de temps après le début de la guerre en signe de soutien, a qualifié le projet de manifestation le 11 novembre de « provocant et irrespectueux » et averti le chef de la police, Sir Mark Rowley, qu’il existait « un risque bien réel et avéré » que les monuments commémoratifs de la guerre « soient profanés », a rapporté Sky News.

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak quittant le 10 Downing Street pour assister à la session hebdomadaire des questions des Premiers ministres, au Parlement de Londres, le 25 octobre 2023. (Crédit : Frank Augstein/AP Photo)

La ministre britannique de l’Intérieur, Suella Braverman, a fait savoir qu’il était « absolument inacceptable de profaner le jour de l’Armistice avec un défilé de haine dans Londres ».

La guerre a éclaté le 7 octobre dernier lorsque des terroristes ont envahi Israël avant de tuer plus de 1 400 personnes, dont une majorité de civils tués chez eux et lors d’une rave de plein air. Le Hamas et ses factions terroristes alliées ont également fait plus de 240 otages, parmi lesquels une trentaine d’enfants, qu’ils ont conduits dans la bande de Gaza, où ils sont toujours captifs.

L’assaut s’est déroulé sous un déluge de plusieurs milliers de roquettes tirées sur Israël. Ces tirs de roquettes depuis Gaza se poursuivent et conduisent fréquemment des centaines de milliers de personnes, dans le sud et le centre d’Israël, à se rendre en urgence dans des abris anti-aériens, sans compter les quelque 200 000 personnes qui ont évacué les zones les plus touchées. Au Liban, des groupes terroristes ont également tiré quelques roquettes sur le nord d’Israël.

Israël s’est promis de détruire le Hamas et, depuis trois semaines, le pays mène des frappes intensives sur Gaza, tout en assurant faire le nécessaire pour en limiter l’impact sur les populations civiles.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, affirme que les frappes israéliennes ont tué plus de 9 000 personnes, dont de nombreux enfants. Les chiffres publiés par le groupe terroriste ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante, et l’on pense qu’ils incluent ses propres terroristes ainsi que des hommes armés tués en Israël ou à Gaza, tout comme les victimes de ce qu’Israël présente comme des centaines de roquettes palestiniennes égarées, qui ont fini leur course non en Israël, mais à l’intérieur de la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.