20 malades du virus dans les manifestations anti-gouvernement en août – Rapport
Rechercher

20 malades du virus dans les manifestations anti-gouvernement en août – Rapport

Selon le ministère de la Santé, malgré ces cas, il serait impossible de confirmer la propagation du coronavirus chez les manifestants

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 29 août 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 29 août 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministère de la Santé a déterminé qu’au moins 20 malades du coronavirus avaient pris part, le mois dernier, aux rassemblements anti-gouvernement, selon un reportage diffusé jeudi.

Il est impossible de dire si ces personnes ont été contaminées lors des rassemblements ou si elles ont pu transmettre le virus à d’autres, a précisé la chaîne Kan.

Les alliés du Premier ministre Benjamin Netanyahu ont appelé de manière répétée à l’interdiction de ces rassemblements de masse – qui ont parfois réuni plus de 10 000 personnes – ou à leur limitation, citant leur inquiétude face à la possibilité qu’ils soient un vecteur de propagation du COVID-19.

Tandis que l’envergure de la majorité des rassemblements de tout type en Israël a été restreinte pour entraver les infections, aucune limitation de ce type n’a été placée sur le droit à manifester.

Au cours des trois derniers mois, ce sont au moins cinquante personnes qui ont été ultérieurement testées positives au coronavirus qui se sont rendues à ces regroupements, selon les conclusions tirées par le ministère de la Santé et qui ont été citées par Kan.

Le ministre-adjoint à la Santé, Yoav Kisch, avait ordonné une enquête sur les infections liées aux rassemblements après une déclaration faite par Eric Hass, directeur du département des immunisations, devant une commission de la Knesset, dimanche dernier. Il avait indiqué qu’aucune contamination au coronavirus ne remontait aux manifestations à la fin août.

Le député du Likud Yoav Kisch préside la réunion de la commission des Affaires internes de la Knesset, le 12 juillet 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Un réexamen a permis de déterminer que des dizaines de malades avaient assisté aux manifestations, mais Kisch aurait admis qu’il était impossible de savoir s’ils avaient été contaminés au cours des mouvements de protestation ou s’ils avaient infecté d’autres personnes présentes sur les lieux.

L’enquête épidémiologique du ministère de la Santé que les patients sont dans l’obligation de remplir après avoir été testés positifs au COVID-19 ne comprend pas la mention des « manifestations » comme source possible d’infection, contrairement à d’autres options telles que les fêtes familiales, les lieux de culte, les restaurants ou les lieux de travail.

Après que Hass a déclaré devant la commission qu’aucune contamination n’avait été identifiée lors des rassemblements jusqu’à présent, le chef de la coalition Miki Zohar – allié de Netanyahu qui avait recommandé de manière répétée d’interdire les rassemblements – a estimé que cette évaluation était « totalement fantaisiste ».

« Même si nous commençons avec cette hypothèse totalement fantaisiste qu’il n’y a pas eu d’infections lors des manifestations, nous ne serons jamais en mesure d’expliquer pourquoi nous autorisons des rassemblements de masse lors des manifestations et pourquoi, de l’autre côté, nous interdisons les prières et les événements culturels », a écrit Zohar sur Twitter dans la journée de dimanche, se référant aux autres restrictions gouvernementales posées sur la vie publique.

Au mois de juillet, Zohar avait demandé à ce que le mouvement de protestation soit mis hors-la-loi dans la mesure où il représentait « un péril sanitaire pour tous les citoyens israéliens ».

Le député Likud Miki Zohar réagit lors d’une réunion à la Knesset, le 13 janvier 2020. (Hadas Parush/Flash90)

Kan a également indiqué qu’il y a deux semaines, il y avait eu une manifestation contre le gouvernement à Tel Aviv dont un participant avait été ultérieurement testé positif au coronavirus. Toutefois, seulement un petit nombre des personnes présentes avaient reçu l’instruction de se mettre en quatorzaine, comme c’est habituellement le cas pour tous ceux ayant eu un contact récent avec un porteur connu du virus.

Le ministère de la Santé ignore combien de personnes se trouvaient à la manifestation et seules quelques-unes ont reçu l’ordre de se mettre en quatorzaine de la part du service de sécurité du Shin Bet, a noté Kan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...