21e semaine d’affilée de manifestations anti-Netanyahu dans tout le pays
Rechercher

21e semaine d’affilée de manifestations anti-Netanyahu dans tout le pays

Les protestataires, qui se sont regroupés à Tel Aviv, Beer Sheva, Nahariya et ailleurs, ont semblé relativement moins nombreux que lors des mobilisations précédentes

Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 7 novembre 2020. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 7 novembre 2020. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Des manifestants se sont rassemblés dans tout le pays, jeudi, pour la 21e semaine consécutive pour réclamer la démission du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu – les regroupements ont semblé toutefois moins importants que les semaines précédentes.

Les protestataires se sont retrouvés sur les places des villes et sur les ponts, invoquant le scrutin américain au cours duquel, la semaine dernière, le président américain Donald Trump s’est incliné face au démocrate Joe Biden.

« Les élections aux Etats-Unis incarnent l’espoir des citoyens israéliens », a fait savoir le mouvement des Drapeaux noirs, qui est l’un des organisateurs de ce mouvement de protestation.

Les principaux regroupements ont eu lieu à Tel Aviv, Beer Sheva et Nahariya. Les précédents défilés avaient été émaillés d’affrontements avec la police, de violences présumées et d’arrestations.

Des dizaines de personnes se sont retrouvées, à 20h30, sur la place Habima de Tel Aviv – des dizaines d’autres se sont rassemblées sur la place Rabin, la place de Milan, la place Hamoshavot et la place de l’Horloge.

Pour la deuxième semaine d’affilée, il n’y a pas eu de heurts entre les manifestants et la police.

La semaine dernière, des milliers d’Israéliens, dans tout le pays, avaient pris part à ce mouvement hebdomadaire de protestation, certains exprimant l’espoir que la victoire de Biden pourrait également entraîner des changements au sein de l’Etat juif. Certains Israéliens avaient ainsi scandé devant le consulat américain à Tel Aviv : « Trump a dégagé et Netanyahu est le suivant. »

Malgré son attachement déclaré aux liens bipartisans avec les Etats-Unis, qui sont l’allié le plus proche et le plus important d’Israël, Netanyahu s’est fréquemment aligné sur les républicains.

Biden a fait savoir qu’il ne relocaliserait pas l’ambassade des Etats-Unis à Tel Aviv, mais il a signalé qu’il opterait pour une approche plus équilibrée à l’égard de l’Iran et des Palestiniens.

Les participants au mouvement de protestation s’opposent à Netanyahu, réclamant sa démission en raison de ses mises en examen pour corruption, et notamment pour fraude, abus de confiance et pots-de-vin. Netanyahu, pour sa part, n’a cessé de clamer son innocence dans cette série de scandales impliquant des milliardaires et des magnats des médias.

Un grand nombre de manifestants critiquent également le chef du gouvernement pour ce qu’ils considèrent comme une mauvaise prise en charge de la pandémie de coronavirus et de ses conséquences économiques.

Le pays est en train de sortir, petit à petit, d’un confinement d’un mois que le gouvernement a imposé au mois de septembre pour réduire les chiffres de l’infection.

Les restrictions qui sont encore en place ont empêché les salles événementielles, les lieux culturels, les hôtels et les restaurants de rouvrir leurs portes tandis que l’économie israélienne continue à être frappée de plein fouet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...