Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

255 investisseurs américains préviennent du risque de perte de fonds de l’étranger

Selon le directeur de la Bourse de Tel Aviv, le marché estime les chances d'un accord de compromis sur la réforme judiciaire controversée du gouvernement à 20-30 %

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige une réunion du cabinet sur le budget de l'État, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 12 mars 2023. (Crédit : Marc Israel Sellem)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige une réunion du cabinet sur le budget de l'État, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 12 mars 2023. (Crédit : Marc Israel Sellem)

Plus de 250 investisseurs financiers basés aux États-Unis ont averti le Premier ministre Benjamin Netanyahu que la refonte judiciaire prévue par son gouvernement pourrait limiter les nouvelles injections de fonds en Israël, dernier signal en date des répercussions économiques potentiellement dévastatrices si la législation controversée était adoptée.

« De nombreux responsables du monde des affaires se verront obligés de réévaluer la place d’Israël comme destination stratégique pour les investissements, la recherche de talents, la construction de centres d’ingénierie et le maintien de la propriété intellectuelle », peut-on lire dans une lettre signée par 255 investisseurs, révélée dimanche sur la Douzième chaîne.

« La reforme compliquera, par ailleurs, de manière significative les efforts de promotion et de défense d’Israel sur le plan international. »

La chaîne cite parmi les signataires, l’ancien sous-secrétaire au Trésor américain Jeffrey Goldstein, Gene Ludwig, qui a été Contrôleur de la monnaie pour le département du Trésor américain, l’ancien responsable des changes de Citigroup Jeffrey Feig et Tom Glocer, ancien PDG de Thomson Reuters, qui a récemment déclaré qu’il ne visiterait plus Israël à cause du remaniement judiciaire. Les autres signataires n’ont pas été divulgués dans le reportage.

Le gouvernement de Netanyahu poursuit son projet d’adoption d’une législation qui réduira considérablement le pouvoir judiciaire en tant qu’organe de contrôle du pouvoir gouvernemental. Les changements proposés ont entraîné des manifestations de masse et des avertissements concernant les investisseurs qui, inquiets de cette situation, pourraient cesser d’investir dans l’économie israélienne.

Les investisseurs craignent de plus en plus que les propositions avancées pour réduire le pouvoir du système judiciaire n’aient un impact négatif sur la note de crédit attribuée à Israël, ce qui, à son tour, nuirait à l’économie florissante du pays et à sa monnaie, et déclencherait une fuite des fonds. La semaine dernière, la licorne technologique israélienne Riskified a annoncé qu’elle allait transférer 500 millions de dollars hors du pays et qu’elle offrait un nombre limité de forfaits de relocalisation aux membres du personnel intéressés.

Dans la lettre, les signataires expriment leur « profonde consternation » face au bouleversement judiciaire, ainsi que les profondes divisions sociétales qui ont été déchirées par la lutte autour de la législation.

« Un système judiciaire véritablement indépendant est, selon nous, essentiel à la démocratie et indispensable aux droits des minorités et aux droits civiques en Israël », peut-on lire dans la lettre. « Au-delà de cela, la division interne du pays sur cette question a un effet déstabilisant et, bien sûr, décourageant ».

Les auteurs ont exhorté Netanyahu et son gouvernement de droite à ralentir et à envisager des solutions moins radicales, faisant l’objet d’un large consensus et préservant les mécanismes de contre-pouvoir, tout en reconnaissant que certaines réformes judiciaires étaient nécessaires.

Ils ont également appelé Netanyahu à réfléchir à la manière dont l’histoire le jugerait.

« Veillez à ce que votre legs ne soit pas synonyme d’érosion de l’identité du pays connu jusqu’ici comme étant la démocratie la plus forte (et l’unique) du Moyen-Orient, de ruine du formidable succès économique du pays et de création d’un fossé colossal au sein d’Israël et dans le monde des affaires », écrivent-ils.

Jeffrey Goldstein s’exprime sur scène lors du gala du 30e anniversaire d’Equality Now au Guastavino’s le 15 novembre 2022 à New York (Crédit : Dimitrios Kambouris/Getty Images North America/Getty Images via AFP)

Selon des données récentes de la bourse de Tel-Aviv, le public israélien aurait retiré 4,3 milliards de shekels des fonds communs de placement (FCP) qui suivent les obligations de Tel-Aviv en février en hausse par rapport aux 2,5 milliards de NIS retirés en janvier. Parallèlement à cela, les montants placés dans les fonds qui suivent les actions et les obligations étrangères au cours du mois étaient presque cinq fois plus élevés qu’en janvier.

« Les tendances des transactions à la Bourse de Tel Aviv ont été affectées par des désaccords croissants concernant l’impact de la réforme judiciaire prévue sur l’économie israélienne, comme en témoigne leur évolution ces dernières semaines », a déclaré la Bourse de Tel Aviv dans son rapport mensuel sur les échanges pour le mois de février.

Des milliers d’Israéliens protestant contre le projet de loi de réforme du système judiciaire controversé du gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Parmi les autres avertissements sinistres lancés par de nombreux économistes, chefs d’entreprise, experts juridiques et responsables de la sécurité au sujet de la législation prévue, l’ancien président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke, a averti que la révision prévue « causerait d’énormes dégâts », des propos diffusés par la chaîne d’information la Treizième chaîne samedi. « Israël doit parvenir à un consensus sur toute modification significative du système judiciaire », a déclaré Ben Bernanke à la chaîne.

La semaine dernière, l’agence de notation Moody’s a déclaré que les propositions du gouvernement pourraient affaiblir la force institutionnelle du pays et affecter négativement ses perspectives économiques. Auparavant, l’agence de notation Fitch avait mis en garde contre le fait que la refonte du système judiciaire pourrait affaiblir les contrôles institutionnels, ce qui entraînerait « de moins bons résultats politiques ou un sentiment négatif durable de la part des investisseurs ».

Des mises en garde ont également été émises au niveau local à l’encontre de ce projet.

Dimanche, un groupe d’anciens fonctionnaires du ministère des Finances israélien a demandé au ministre des Finances Bezalel Smotrich de mettre un terme à la réforme judiciaire, affirmant qu’elle « nuirait gravement et de manière irréversible à l’économie israélienne ».

Les signataires de la lettre ont travaillé au sein du département des budgets du ministère, qui prépare le plan de dépenses national pour l’ensemble du gouvernement.

Cette lettre intervient au lendemain d’un nouvel avertissement lancé au début du mois par une centaine d’économistes israéliens, avertissant qu’un effondrement financier pourrait frapper de manière encore plus « puissante et plus rapide » qu’ils ne l’avaient initialement prévu, dans leur « lettre d’urgence » qui mettait en garde contre les graves conséquences que pourrait avoir le remaniement judiciaire à grande échelle préconisé par le gouvernement.

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich présentant le budget de l’État à son ministère, à Jérusalem, le 28 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les critiques du projet de loi du gouvernement affirment qu’il affaiblira le caractère démocratique d’Israël, qu’il éliminera le mécanisme essentiel de contre-pouvoirs et qu’il laissera les minorités sans protection. Selon ses partisans, cette réforme serait indispensable pour contrôler une Cour « militante ».

Plusieurs sondages ont révélé que la législation n’est pas très populaire auprès du public.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.