Rechercher

3 suspects arrêtés dans le cadre d’une attaque extrémiste juive en Cisjordanie

Un suspect a été arrêté et deux autres détenus à la suite d'un récent incident violent, apparemment une attaque contre des activistes israéliens de gauche

Un pompier éteint les flammes d'une voiture israélienne après qu'elle aurait été incendiée par des extrémistes juifs en Cisjordanie, près de l'avant-poste de Givat Ronen, le vendredi 21 janvier 2022. (Avec l'aimable autorisation de Yesh Din)
Un pompier éteint les flammes d'une voiture israélienne après qu'elle aurait été incendiée par des extrémistes juifs en Cisjordanie, près de l'avant-poste de Givat Ronen, le vendredi 21 janvier 2022. (Avec l'aimable autorisation de Yesh Din)

Une personne a été arrêtée et deux autres placées en garde à vue dans le cadre d’un récent incident violent en Cisjordanie, a déclaré la police lundi matin.

Selon la chaîne publique Kan, les trois individus, tous résidents de l’avant-poste israélien illégal de Givat Ronen, sont soupçonnés d’être impliqués dans une attaque menée par des extrémistes juifs dans le village palestinien de Burin il y a deux semaines.

Au cours de cet incident, au moins six militants ont été blessés et une voiture a été incendiée.

Le tribunal de district de Haïfa a imposé un embargo sur cette affaire, empêchant toute publication d’informations sur l’enquête en cours ou sur l’identité des suspects.

L’avant-poste de Givat Ronen en Cisjordanie le 25 octobre 2006. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash 90)

Le mois dernier, des militants israéliens affiliés au groupe Rabbis for Human Rights se sont rendus à Burin, près de Naplouse, pour aider des agriculteurs palestiniens à planter des arbres sur des terres situées à l’intérieur des limites du village.

Environ une heure et demie plus tard, un groupe composé d’une dizaine de personnes masquées est descendu du village voisin de Givat Ronen, brandissant des gourdins et des pierres. Au moins six Israéliens ont été blessés au cours de l’attaque, selon des témoins et des secouristes.

Rabbis for Human Rights a publié lundi une déclaration appelant à une meilleure dissuasion contre l’extrémisme juif.

« Nous saluons les progrès réalisés dans l’enquête sur l’attaque brutale de nos militants dans le village de Burin, et nous espérons que la justice ne sera pas seulement obtenue, mais aussi vue », peut-on lire dans la déclaration.

Un activiste israélien, ensanglanté après avoir été battu par des extrémistes juifs en Cisjordanie, près de l’avant-poste de Givat Ronen, le vendredi 21 janvier 2022. (Autorisation : Yesh Din)

« Une dissuasion claire doit être dirigée vers les terroristes juifs qui cherchent à rendre la vie en Cisjordanie intolérable pour les agriculteurs et les activistes palestiniens qui viennent les aider, ainsi que pour les soldats israéliens, par le biais d’une violence débridée et sauvage. »

« Les cellules terroristes juives qui s’installent sur ces collines sont une maladie qui nécessite un traitement immédiat et l’effort conjoint des décideurs politiques et des autorités chargées de l’application de la loi. La véritable solution à cette situation ne viendra que lorsque les activistes attaqués seront reconnus et dédommagés, et lorsque le régime militaire dans ces territoires aura pris fin », peut-on lire dans la déclaration.

Les responsables israéliens de la sécurité ont averti que la violence des extrémistes juifs en Cisjordanie a augmenté ces derniers mois. Fin décembre, des responsables du Shin Bet ont déclaré au Times of Israël que la violence des extrémistes juifs avait augmenté de 50 % au cours de l’année écoulée.

Néanmoins, le débat interne sur ce phénomène a été source de division. Les politiciens israéliens de droite ont dénoncé la caractérisation des attaques comme étant la « violence des colons », affirmant qu’il s’agit d’une tentative de salir tous les Juifs vivant en Cisjordanie.

« Il y a des éléments marginaux dans chaque communauté et il faut s’en occuper par tous les moyens, mais nous ne devons pas généraliser à propos d’une communauté entière », a déclaré le Premier ministre Naftali Bennett à la mi-décembre.

La plupart des violences seraient perpétrées par des extrémistes juifs qui vivent dans des avant-postes illégaux. Début janvier, le vice-ministre Yair Golan (Meretz) les a qualifiés de « sous-hommes », ce qui a suscité des réactions négatives. Il s’est ensuite excusé pour son choix de mots.

Le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Barlev, a dénoncé l’attaque de Burin comme « l’action organisée d’un groupe terroriste » et a déclaré qu’elle n’était que « la partie émergée de l’iceberg ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...