Rechercher

40 « héros juifs » se battent dans l’usine Azovstal, selon un conseiller de Zelensky

David Arakhamia, chef de l'équipe de négociation de Kiev, affirme que le régiment Azov n'a aucun lien avec les néo-nazis

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Un soldat ukrainien blessé qui défend l'usine Azovstal assiégée fait un signe de victoire, le 11 mai 2022 (Crédit: Vadym Sarakhan/Wikimedia Commons CC BY-SA 4.0)
Un soldat ukrainien blessé qui défend l'usine Azovstal assiégée fait un signe de victoire, le 11 mai 2022 (Crédit: Vadym Sarakhan/Wikimedia Commons CC BY-SA 4.0)

Le conseiller principal du président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé que des dizaines de soldats juifs se battent dans l’usine sidérurgique Azovstal toujours assiégée à Marioupol.

« Il y a environ 40 héros juifs qui protègent Azovstal à ce jour », a déclaré vendredi au Times of Israel David Arakhamia, le conseiller en charge de la délégation de négociation de l’Ukraine.

Arakhamia dirige également le parti Serviteur du peuple de Zelensky au Parlement.

L’une des unités ukrainiennes qui résiste encore dans l’aciérie est le régiment Azov, une formation accusée depuis sa formation en 2014 d’associations avec l’idéologie néo-nazie. Ces allégations ont été au cœur de la justification de l’invasion de l’Ukraine par le président russe Vladimir Poutine, qui a déclaré dès le début de la guerre que l’objectif de la Russie était de « démilitariser et dénazifier » le pays.

L’unité a été absorbée par la Garde nationale en septembre 2014, et les responsables ukrainiens sont catégoriques : le régiment a été entièrement professionnalisé et politisé.

Arakhamia a démenti avec force les allégations russes de néonazisme au sein du régiment Azov. « Ces accusations sont absurdes », a-t-il déclaré. « Beaucoup de gens connaissent ces soldats et trouvent ces accusations offensantes ».

David Arakhamia, chef de l’équipe de négociation de l’Ukraine et proche conseiller de Volodymyr Zelensky (Crédit: Vadym Sarakhan/Wikimedia Commons CC BY-SA 4.0)

L’énorme complexe sidérurgique Azovstal est le dernier bastion de la résistance ukrainienne à Marioupol. L’usine, avec son réseau de tunnels et de bunkers, a abrité des centaines de soldats et de civils ukrainiens pendant un siège de plusieurs semaines. Des dizaines de civils ont été récemment évacués, mais les responsables ukrainiens ont déclaré que certains d’entre eux pourraient encore y être pris au piège.

L’un des soldats juifs auxquels le conseiller de Zelensky fait référence a publié la semaine dernière une vidéo appelant Israël à secourir la garnison assiégée d’Azovstal.

Dans un message posté par l’entrepreneur et activiste Ilgam Gasanov, basé à Kiev, Vitaliy Barabash a déclaré en ukrainien : « Il m’est difficile de parler, raison pour laquelle mon discours sera prononcé par mon frère [d’armes], au nom de tous les Juifs ukrainiens qui se trouvent ici avec moi. »

Barabash, également connu sous le nom de Benya, a tenu un drapeau ukrainien face à la caméra pendant que son ami lisait sa déclaration, un tatouage d’étoile de David étant clairement visible sur la main de Barabash.

S’adressant au « Premier ministre Naftali Bennett, à la Knesset, au public d’Israël » et à d’éminents Juifs ukrainiens, Barabash a annoncé dans sa déclaration que « dans les décombres laissés par Azovstalí, il y a des Juifs comme moi, comme vous. »

Au début du mois, lors d’un appel au Kremlin, Bennett a demandé au président russe Vladimir Poutine « d’examiner les options humanitaires » pour évacuer Marioupol.

Le régiment Azov, l’une des unités qui défendent l’usine, a publié mercredi sur sa chaîne Telegram des photos montrant des soldats blessés dans des conditions sordides, dont beaucoup ont perdu des membres.

« L’Ukraine n’a jamais tourné le dos aux Juifs, nous pensons donc qu’Israël ne doit pas non plus tourner le dos au peuple ukrainien, mais au contraire, il doit se tenir côte à côte contre les envahisseurs russes responsables d’une nouvelle tragédie », peut-on lire dans la déclaration de Barabash.

« Maintenant, nous sommes ici, et nous avons besoin de l’aide d’Israël pour extraire toute la garnison militaire de Marioupol et venir à notre secours ».

Gasanov a déclaré au Times of Israel qu’il n’a jamais rencontré Barabash en personne, et qu’il fait ce qu’il peut pour aider la garnison assiégée d’Azovstal après que les femmes de ses amis lui ont tendu la main.

« Je connais beaucoup de Juifs qui sont actuellement en guerre, et pas seulement à Marioupol », a-t-il déclaré.

Victoire à l’Ouest, combats à l’Est

Les forces ukrainiennes repoussaient dimanche un assaut féroce de la Russie dans l’est du pays, après qu’une victoire à l’Eurovision a donné au pays un regain de moral bien nécessaire.

Zelensky a averti samedi que la guerre dans son pays risquait de déclencher des pénuries alimentaires mondiales, ajoutant que la situation dans le Donbas ukrainien est « très difficile. »

La Russie, qui a envahi l’Ukraine le 24 février, a de plus en plus tourné son attention vers l’est du pays depuis la fin du mois de mars, après avoir échoué à prendre la capitale Kiev.

Des personnes font la queue dans un centre de distribution de nourriture pour les réfugiés et autres personnes dans le besoin à Zaporizhzhia, alors que l’Ukraine a déclaré que les forces russes ont capturé plusieurs villages de l’est dans le cadre de l’offensive de Moscou pour prendre le contrôle de la région de Donbas, que la Russie a juré de « libérer », le 27 avril 2022. (Crédit: Ed JONES / AFP)

Les analystes occidentaux pensent que Poutine a l’intention d’annexer le sud et l’est de l’Ukraine dans les mois à venir, mais ses troupes semblent rencontrer une forte résistance.

La guerre de la Russie en Ukraine modifie de plus en plus l’équilibre des forces en Europe, la Finlande et la Suède étant sur le point de renoncer à des décennies de non-alignement militaire pour rejoindre l’OTAN afin de se défendre contre une nouvelle agression redoutée de Moscou.

Helsinki a officiellement annoncé sa candidature dimanche.

Mais alors que le conflit qui a déplacé des millions de personnes dure depuis presque trois mois, les Ukrainiens ont reçu un regain d’optimisme bien nécessaire lorsqu’un rap combinant des rythmes folkloriques et hip-hop modernes a remporté le concours Eurovision de la chanson.

Les membres ukrainiens du groupe « Kalush Orchestra » sur scène avec les drapeaux de l’Ukraine après avoir remporté le concours Eurovision de la chanson 2022, au Pala Alpitour de Turin, le 14 mai 2022. (Crédit: Marco BERTORELLO / AFP)

« Stefania » a été écrite par le chanteur Oleh Psiuk en hommage à sa mère avant la guerre – mais ses paroles nostalgiques ont pris une signification démesurée en raison du conflit et est devenu un cri de ralliement pour de nombreux Ukrainiens.

« S’il vous plaît, aidez l’Ukraine et Marioupol ! Aidez Azоvstal maintenant », a déclaré Psiuk en anglais depuis la scène, faisant référence aux aciéries souterraines de la ville portuaire où les soldats ukrainiens sont encerclés par les forces russes.

Le chef du renseignement militaire de Kiev a également fait preuve d’optimisme en déclarant samedi à la chaîne britannique Sky News que la guerre pourrait atteindre un « point de rupture » d’ici août et se solder par une défaite de la Russie avant la fin de l’année.

Le général de division Kyrylo Budanov a déclaré à la chaîne d’information qu’il était « optimiste » quant à la trajectoire actuelle du conflit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...