550 000 $ pour les survivants de l’incendie à Brooklyn durant Hanoukka
Rechercher

550 000 $ pour les survivants de l’incendie à Brooklyn durant Hanoukka

Des proches avaient lancé une campagne de collecte de fonds sur Internet après l'incendie dans lequel avaient péri quatre Israéliens

Des milliers de personnes ont assisté aux funérailles des membres de la famille Azan à Holon, Israël, le 20 décembre 2017. (Flash90 via JTA)
Des milliers de personnes ont assisté aux funérailles des membres de la famille Azan à Holon, Israël, le 20 décembre 2017. (Flash90 via JTA)

Une campagne de collecte de fonds créée pour aider les membres de la famille qui ont survécu à l’incendie de leur maison à Brooklyn durant la fête de Hanoukka a permis de recueillir plus de 550 000 dollars en huit jours.

Aliza Azan, 39 ans, ses fils Moshe, 11 ans, et Yitzah, 7 ans, et sa fille Henrietta, 3 ans, sont morts dans l’incendie de leur maison le 18 décembre dernier.

La police cherche à déterminer si l’incendie a été déclenché par un chandelier de Hanoukka, bien que la maison fut équipée d’un détecteur de fumée.

Trois des quatre membres de la famille qui ont survécu sont toujours sous assistance respiratoire et soignés pour leurs brûlures, rapporte Vos Iz Neis.

Yosi Azan – dont le courage a permis de sauver ses enfants qui ont survécu et qui a essayé de sauver les autres en pénétrant dans le bâtiment en feu – et son fils Daniel, 15 ans, ont été transférés au centre médical Weill Cornell. Sa fille Shilat, 16 ans, se trouve au Staten Island University Hospital avec plusieurs fractures.

Avraham Azan, 13 ans, l’unique survivant à ne pas avoir été blessé, s’est rendu en Israël pour l’enterrement de sa mère et de ses frères et sœurs. Il rentrera à New York, où il sera accueilli par des proches, indique le rapport. Un cousin qui dormait dans la maison a également survécu, avec des blessures légères.

La campagne « GoFundMe » a été créée par le rabbin de la famille, David Ozeri, qui espère récolter un million de dollars pour les Azan.

« La majeure partie de ce montant servira à couvrir les frais médicaux qui ne sont pas couverts par l’assurance, y compris la chirurgie plastique », a déclaré Ozeri à VIN.

« Les Azan n’étaient pas propriétaires de leur appartement et n’avaient pas d’assurance habitation… Ils n’avaient pas d’économies, ils n’ont plus rien. Tout est parti en fumée ».

Des centaines de personnes se sont rassemblées à leur mémoire à Brooklyn, et des milliers de personnes ont assisté aux funérailles et à l’enterrement dans la ville de Holon au centre d’Israël, où Aliza Azan avait grandi.

Aliza Azan venait d’une importante famille de juifs syriens dont le père rabbin, était bien connu dans leur communauté en Israël. Yosi Azan est issu d’une famille de juifs marocains, principalement de Bnei Brak.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...