Le propriétaire juif de l’American Pharoah
Rechercher

Le propriétaire juif de l’American Pharoah

Le vainqueur de la Triple Crown et son propriétaire, un Juif orthodoxe du Caire, ont écrit l'histoire du sport équestre

Victor Espinoza, célèbre le record d'American Pharoah , après avoir remporté la147e  course des Belmont Stakes le 6 Juin 2015.  (Al Bello / Getty Images / AFP)
Victor Espinoza, célèbre le record d'American Pharoah , après avoir remporté la147e course des Belmont Stakes le 6 Juin 2015. (Al Bello / Getty Images / AFP)

JTA – Samedi, un poulain musclé de 3 ans répondant au nom d’American Pharoah est devenu le premier triple vainqueur de la Triple Crown depuis 1978.

Cette victoire est également un triomphe pour Ahmed Zayat, un Juif orthodoxe d’Egypte qui est devenu très puissant dans le milieu des courses de chevaux, bien qu’il a connu des défaites amères au cours des dernières années.

Avant les trois victoires d’American Pharoah en un mois, Zayat avait vu ses chevaux finir deuxième dans le Derby du Kentucky à trois reprises au cours des quatre dernières années.

En 2012, les chevaux appartenant à Zayat ont terminé deuxième dans chacune des trois courses de la Triple Crow : le Derby du Kentucky, le Preakness Stakes et Belmont Stakes.

Afin de rentrer dans l’histoire, American Pharoah a dû mobiliser beaucoup de chance juive en sa faveur. Son jockey Victor Espinoza, qui n’est pas juif, a visité le tombeau du Rabbi de Loubavitch, jeudi, dans le quartier de Queens, à New York, où il a prié.

Voici sept choses à savoir sur Zayat et sur son étalon.

Ahmed Zayat a grandi dans une banlieue chic du Caire, où son père était le médecin du président égyptien Anouar el-Sadate

Jeune adolescent, Zayat a remporté le championnat national d’Egypte (où vivait jadis une communauté juive florissante, même si moins de 40 Juifs restent aujourd’hui dans le pays) de saut pour les moins de 12 ans et les moins de 14 ans .

Après avoir étudié à la Yeshiva University, Zayat a travaillé pour le promoteur immobilier haredi Zev Wolfson

Zayat s’est rendu aux États-Unis pour étudier dans ce prestigieux institut et a ensuite travaillé pour Wolfson, riche entrepreneur immobilier et grand philanthrope juif.

Il a fait sa fortune en partie grâce à la vente de boissons de malt non-alcoolisées en Egypte

Zayat est retourné en Égypte en 1995 et a formé un groupe d’investissement qui a acheté la société Al Ahram Beverages, récemment privatisée.

Zayat a contribué à transformer la société en introduisant Fayrouz – un mélange non-alcoolisé de malt, de fruits et d’eau gazeuse – dans sa gamme de produits. En 2002, Zayat a vendu la société à Heineken pour 280 millions de dollars.

Zayat a eu des dettes de millions de dollars en de multiples occasions

Il a la réputation d’être un joueur aimant prendre des risques et s’est mis dans un pétrin financier à diverses reprises.

En 2009, la Fifth Third Bank de Lexington (dans le Kentucky), l’a accusé de défaut de paiement sur quatre prêts après avoir perdu plus de 50 millions de dollars.

Jeudi dernier, une autre contre Zayat, alléguant qu’il devait 1 650 000 dollars à un résident de Floride, a été rejetée. « C’est une arnaque de A à Z. C’est de la fiction totale. C’est un mensonge total », avait-il alors confié à l’Associated Press.

Il donne aux oeuvres juives

Zayat a fait un jour un don de 500 000 dollars à l’École Frisch, une école juive de Paramus dans le New Jersey.

American Pharoah se rend aux courses à bord de son propre avion appelé Air Horse One

Le poulain, qui est né en 2012, aime voler dans le style et le confort avant chaque course importante.

Le nom American Pharoah est une faute de frappe

L’orthographe correcte aurait du être « Pharaoh », qui signifie Pharaon en anglais.

Selon le Boston Globe, une femme de l’Arkansas a suggéré le nom et s’est trompée dans l’orthographe. Justin, le fils de Zayat, qui gère les écuries de Zayat à Hackensack dans le New Jersey, n’avait pas remarqué l’erreur à l’époque.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...