70 artistes appellent à l’annulation d’une pièce israélienne à New York
Rechercher

70 artistes appellent à l’annulation d’une pièce israélienne à New York

Des acteurs, écrivains signent une lettre contre la représentation d’un spectacle au Centre Lincoln, basé sur un roman de David Grossman, et sponsorisé par le gouvernement israélien

Efrat Ben Zur dans 'To the End of the Land' a joué au Lincoln Center de New York du 24 au 27 juillet 2017 par Habima National Theatre et le Cameri Theatre de Tel Aviv. (Crédit : Gérard Allon)
Efrat Ben Zur dans 'To the End of the Land' a joué au Lincoln Center de New York du 24 au 27 juillet 2017 par Habima National Theatre et le Cameri Theatre de Tel Aviv. (Crédit : Gérard Allon)

Environs 70 artistes ont signé une lettre ouverte au Centre Lincoln de New York appelant à l’annulation d’une pièce devant être jouée par des compagnies théâtrales israéliennes et sponsorisées par le gouvernement israélien.

La pièce, « Jusqu’à la fin de la terre » est basée sur un roman éponyme de l’auteur israélien David Grossman, et expose la difficulté émotionnelle d’une mère qui voit son fils partir combattre dans l’armée israélienne.

La pièce, interprétée par des acteurs du Théâtre national Habima et du Théâtre Cameri de Tel Aviv, doit être jouée du 24 au 27 juillet à New York, « avec le soutien du Bureau des Affaires Culturelles d’Israël en Amérique du Nord ».

Une lettre ouverte a été écrite par Adalah-NY, un groupe qui soutient le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël, au Centre Lincoln. Elle a été signée par plus de 70 écrivains, directeurs, acteurs et autres.

La lettre notait qu’en « accueillant les théâtres Habima et Cameri, et en s’associant avec le gouvernement israélien pour le faire, le Centre Lincoln soutenait aussi activement les décennies de déni de droits palestiniens par Israël ».

« To the End of the Land » présenté au Centre Lincoln de New York du 24 au 27 juillet 2017 par le Théâtre national Habima et le Théâtre Cameri de Tel-Aviv (Crédit : Gérard Allon)
« To the End of the Land » présenté au Centre Lincoln de New York du 24 au 27 juillet 2017 par le Théâtre national Habima et le Théâtre Cameri de Tel-Aviv (Crédit : Gérard Allon)

La lettre affirme que le soutien d’Israël pour la pièce faisait partie d’une stratégie « Marque Israël » visant à montrer le pays sous un jour positif.

« Il est profondément troublant que le Centre Lincoln, l’une des institutions culturelles majeures du monde, aide le gouvernement israélien à mettre en pratique sa stratégie de ‘Marque Israël’ en utilisant l’art et la culture pour détourner l’attention de décennies de colonisation violente de l’état, d’occupation militaire brutale et de déni des droits basiques du peuple palestinien », pouvait-on lire dans la lettre.

Les signataires incluent les dramaturges Caryl Churchill et Annie Baker, l’actrice Greta Gerwig, le réalisateur Andre Gregory et l’écrivaine Deborah Eisenberg.

Debora Spar, la présidente du Centre Lincoln, a déclaré au New York Times que la pièce ne serait pas annulée.

« Tout en comprenant les sentiments de ceux qui préféreraient que nous n’autorisions pas les représentations, nous n’annulerons pas le spectacle », a déclaré Spar dans un communiqué.

Dans une lettre envoyée à Adalah-NY, Spar a déclaré que le théâtre était consacré à l’art et évitait toutes déclarations politiques.

« Comme je suis sûr que vous pouvez l’imaginer, le Centre Lincoln reçoit de demandes de temps en temps d’une variété d’organisations de lobby mettant en avant des questions politiques concernant les interprètes ou le travail en lui-même, a-t-elle écrit. En tant qu’organisation culturelle et éducative, nous ne faisons pas de déclarations politiques et espérons que l’art que nous présentons se suffit à lui-même ».

Le mois dernier, Grossman a été le premier auteur israélien à recevoir le prestigieux Prix international Man Booker 2007 pour son roman « Un cheval entre dans un bar ». Grossman, dont le fils a été tué dans la Deuxième Guerre du Liban en 2006, est un critique véhément du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du traitement par Israël des Palestiniens.

JTA a contribué cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...