A Jérusalem, un premier vendredi de prière plutôt calme depuis le plan Trump
Rechercher

A Jérusalem, un premier vendredi de prière plutôt calme depuis le plan Trump

Peu après l'aube, la police a dispersé des Palestiniens scandant des slogans pro-arabes sur le mont du Temple

Des hommes musulmans participent aux prières du vendredi devant le Dôme du Rocher dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, le troisième lieu le plus saint de l'Islam, le 31 janvier 2020. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
Des hommes musulmans participent aux prières du vendredi devant le Dôme du Rocher dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, le troisième lieu le plus saint de l'Islam, le 31 janvier 2020. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

La première prière hebdomadaire sur le mont du Temple depuis l’annonce du projet de Donald Trump pour un règlement du conflit au Moyen-Orient s’est déroulée dans un calme relatif vendredi malgré le rejet de ce plan par les Palestiniens.

Peu après l’aube, la police a dispersé des Palestiniens scandant des slogans pro-arabes sur l’esplanade des Mosquées, appelée mont du Temple par les Juifs.

La police a déployé des renforts dans plusieurs secteurs de la ville Sainte, épicentre mondial des monothéismes, où des milliers de Palestiniens ont participé à une grande prière sans agitation.

« Nous ne voulons pas que la situation dégénère comme en Syrie… ou en Irak », en référence aux conflits dans ces pays, a déclaré le grand mufti de la mosquée Al-Aqsa, Muhammed Ahmad Hussain, selon un journaliste de l’AFP sur place.

Après la prière, aucun accrochage avec la police n’a été observé pour ce vendredi considéré par des observateurs comme un baromètre de la contestation populaire au projet du président Trump.

L’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens a dit craindre une « escalade des violences ».

Vue d’Abou Dis vu de la barrière de sécurité (Crédit photo: Kobi Gideon / Flash90)

Dans la foulée de l’annonce mardi du plan à Washington par M. Trump, avec à ses côtés le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, des responsables israéliens ont indiqué que le projet d’annexion allait être présenté dès dimanche au gouvernement israélien.

Mais la situation semblait moins claire vendredi.

L’ambassadeur américain à Jérusalem, David Friedman, a affirmé qu’Israël pouvait annexer « sans attendre » les implantations mais le gendre de Donald Trump et architecte du plan, Jared Kushner, a dit souhaiter que le gouvernement « attende après les élections » du 2 mars en Israël.

L’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, s’exprime pendant la conférence du Forum Kohelet au centre Menachem Begin de Jérusalem, le 8 janvier 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les deux options ne remettent toutefois pas en cause le projet d’annexion de la vallée du Jourdain, où l’armée a déployé des renforts cette semaine. Des sources militaires ont soutenu que les renforts étaient liés aux manifestations palestiniennes contre le plan.

Des heurts entre manifestants et forces israéliennes ont fait au moins une trentaine de blessés palestiniens depuis mardi en Cisjordanie, où la contestation a été toutefois très limitée.

A Gaza, enclave séparée géographiquement de la Cisjordanie et contrôlée par les islamistes palestiniens du Hamas, des milliers de Palestiniens ont manifesté ces derniers jours.

Des manifestants palestiniens prennent part à un événement contre la proposition américaine de plan de paix pour le Moyen Orient, en tenant une pancarte où l’on peut lire en arabe « à bas l’accord du siècle, à bas [le président américain] Donald Trump et [le Premier ministre israélien] Benjamin Netanyahu », à Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 1 février 2020. (Photo par SAID KHATIB / AFP)
Ils portaient un écusson avec l’inscription « La lisafqat al-Qarn (Non à l’accord du siècle en arabe) », sobriquet du plan Trump qui prévoit de démilitariser Gaza et de la relier par un corridor à une Cisjordanie amputée.

Dans la nuit, des roquettes ont été tirées de Gaza vers Israël qui a répliqué avec des frappes sur des « positions » du Hamas, selon l’armée.

Vendredi après-midi, l’armée israélienne a dit avoir frappé des positions du Hamas après trois tirs de mortier depuis l’enclave vers Israël.

Les leaders palestiniens, qui n’ont pas été associés au plan américain, ont condamné à l’unisson ce projet rédigé, selon eux, de la main d’Israël, et tentent de rallier des soutiens internationaux à leur cause, notamment en Europe et dans le monde arabe.

« Nous tentons d’obtenir un consensus international pour nous soutenir, pour soutenir le président (de l’Autorité palestinienne) Mahmoud Abbas et son projet de paix », a déclaré le négociateur palestinien Saëb Erekat.

Vendredi, Londres a mis en garde contre toute annexion de parties de la Cisjordanie, après avoir accueilli de manière prudemment positive le plan Trump.

Les monarchies du Golfe, et des pays comme la Jordanie et l’Egypte, n’ont pas attaqué de front le projet israélien contrairement à la Turquie et l’Iran, ennemi d’Israël, qui « ne restera certainement pas silencieux », selon Ali Akbar Velayati, haut responsable iranien.

La réunion d’urgence de la Ligue arabe pour discuter de la proposition de paix soumise par les Etats-Unis pour le conflit au Moyen-Orient, au siège de la Ligue, au Caire, alors que les délégués prennent place, le 1er février 2020 (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)

Une réunion extraordinaire des ministres arabes des Affaires étrangères est prévue samedi au Caire. « Les pays arabes qui soutiennent un tel plan commettent une trahison envers Jérusalem, ainsi que leur propre peuple et, plus important, toute l’humanité », a lancé vendredi le président turc Recep Tayyip Erdogan.

A Amman, des milliers de personnes ont manifesté contre le plan américain, scandant « mort à Israël ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...