Rechercher

« À la surface, le fond de l’œil », la nouvelle exposition de l’Institut français

L’Institut français d’Israël propose tout l'été une exposition de l’artiste française Nathanaëlle Herbelin

"À la surface, le fond de l’œil", la nouvelle exposition de l’Institut français de Tel Aviv, du 16 juin au 9 septembre 2022.
"À la surface, le fond de l’œil", la nouvelle exposition de l’Institut français de Tel Aviv, du 16 juin au 9 septembre 2022.

Du 16 juin au 9 septembre 2022, l’Institut français d’Israël proposera une exposition de l’artiste française Nathanaëlle Herbelin, sous le commissariat de Tom Laurent, dans sa galerie d’accueil au 7 boulevard Rothschild à Tel Aviv.

Il s’agit de la deuxième exposition monographique de l’artiste en Israël après une première exposition à la galerie d’Uhm-El-Fahem en mai 2021. Elle puise son inspiration dans son environnement immédiat, observant et capturant des moments subtils de la vie quotidienne qui auraient dû passer inaperçus.

« Nathanaëlle Herbelin peint des objets et des êtres, et moins souvent, des paysages », écrit le commissaire Tom Laurent, rédacteur en chef de la revue Art Absolument et coordinateur du Prix Matsutani. « Ces objets, ces êtres et ces paysages ont en commun d’être saisis par une même vision. Celle-ci, qu’elle soit la sienne ou celle que sa peinture nous offre à projeter, recouvre ces objets, ces êtres et ces paysages d’un voile de familiarité – leur conférant la présence de ce que l’on a déjà pu toucher du regard. Cela est d’autant plus vrai qu’elle peint ce qui se passe entre les choses, entre les êtres, et parfois entre les deux, sous l’œil des uns et des autres, et sous le nôtre. Partant de la vision d’un échange en suspens qu’adressent les regards et corps de Michel, Emmanuel, Berhe et Zina, ses voisins érythréens lorsqu’elle habitait dans le quartier de la gare centrale à Tel Aviv, dans un tableau qu’elle a peint en Israël, il s’agira d’imaginer ce qui se passe entre ses peintures. De s’en saisir pour ce qui s’y tisse, un écran où recomposer et projeter de possibles désirs et craintes – les leurs, ceux de l’artiste, les nôtres. »

L’exposition réunit ainsi une dizaine de peintures, de petits formats pour la plupart, réalisées en Israël et en France.

Une œuvre de Nathanaëlle Herbelin, présentée à l’Institut français d’Israël. (Crédit : Nathanaëlle Herbelin / Institut français d’Israël)

Née en Israël en 1989, l’artiste vit et travaille entre Paris et Tel Aviv. Son travail a été présenté, entre autres, à la Fondation Ricard (Paris, 2022 et 2017), à Bétonsalon (Paris, 2019), à In-Box (Bruxelles, 2018), à la Collection Lambert (Avignon, 2017), au centre d’art Passerelle (Brest, 2020), aux musées de l’Abbaye Sainte-Croix (Sables d’Olonne, 2019) et des Beaux- Arts de Rennes (2018) où deux de ses toiles ont intégré leurs collections ainsi que celle du CNAP (2020). Elle a également bénéficié de nombreuses expositions personnelles en France, aux États-Unis (Emmanuel Barbault Gallery, NYC, 2019), en Chine (Yishu8 with the George V Art Space, Beijing, 2020) et en Israël (Centre d’art palestinien Umm Al Fahem, 2021).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...