Rechercher

A l’instigation d’Israël, 31 pays boycotteront la conférence de l’ONU de Durban

L'émissaire israélien à l'ONU déclare que des dizaines de pays vont éviter la conférence antiraciste de cette année à l'ONU suite à l'antisémitisme passé

Illustration : L'Assemblée générale de l'ONU avant un vote, le 21 décembre 2017, au siège des Nations unies. (Crédit : Photo AP / Mark Lennihan)
Illustration : L'Assemblée générale de l'ONU avant un vote, le 21 décembre 2017, au siège des Nations unies. (Crédit : Photo AP / Mark Lennihan)

Trente-et-une nations boycotteront mercredi une réunion de l’ONU marquant le 20e anniversaire de la Conférence mondiale de Durban sur le racisme – également connue sous le nom de Durban IV – par crainte qu’elle ne dévie vers un antisémitisme ouvert comme cela a été le cas par le passé.

La première conférence de Durban – qui s’est tenue du 31 août au 8 septembre 2001, quelques jours avant les attaques terroristes du 11 septembre – a été marquée par de profondes divisions sur les questions de l’antisémitisme, du colonialisme et de l’esclavage. Les États-Unis et Israël ont quitté la conférence pour protester contre le ton de la réunion, notamment sur les plans visant à inclure des condamnations du sionisme dans le texte final.

Lors de la conférence de 2009, un discours du président iranien de l’époque, Mahmoud Ahmadinejad, attaquant Israël, avait provoqué le départ temporaire de nombreux délégués européens.

Cette année, l’ambassadeur d’Israël aux Nations unies, Gilad Erdan, a déclaré vendredi qu’un nombre record de 31 pays ne participeront pas à l’événement, soit plus du double du nombre de pays qui l’ont fait par le passé.

« Ces derniers mois, j’ai travaillé pour que le monde comprenne que la conférence de Durban était fondamentalement pourrie », a-t-il déclaré dans un tweet lundi. « Je suis heureux que beaucoup plus de gens le comprennent aujourd’hui ».

Les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie et la France font partie des principales nations qui ont décidé de boycotter la réunion de cette année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...