A voir : Les inondations sèment le chaos à Ashkelon
Rechercher

A voir : Les inondations sèment le chaos à Ashkelon

Les pluies diluviennes ont bloqué des centaines de personnes dans la ville côtière ; les rues du centre de la ville sont fermées

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Les résidents de la ville côtière d’Ashkelon ont été confrontés à des pluies diluviennes mardi alors que l’hiver bref mais intense balaie la région, menant à la clôture des artères majeures et en inondant toute la région.

Des centaines de personnes ont été bloquées alors que les services d’urgence luttaient pour faire face aux dégâts causés par le déluge inattendu.

Les équipes de pompiers et de la police ont travaillé pour sauver les conducteurs bloqués alors que les niveaux d’eau qui s’élevaient piégeaient les gens dans leurs voitures.

Aucun blessé n’a été signalé à la suite de l’inondation mais le Magen David Adom était en état d’alerte dans et autour d’Ashkelon.

La police a fermé l’entrée de la ville côtière après qu’une partie de la route principale s’est effondrée, ouvrant un trou béant et rendu la route inutilisable.

Des centaines de pannes d’électricité ont également été signalées.

L’inondation a atteint le centre médical de Barzilai Medical de la ville, qui a annoncé qu’il cessait tous les services non essentiels et les services ambulatoires.

La municipalité a ouvert une salle d’urgence avec les représentants de la police, les pompiers et les services médicaux ainsi que l’autorité nationale de l’Eau.

On estime que 30 centimètres de pluie sont tombés dans la ville en l’espace de seulement trois heures, ce qui représente près de la moitié des précipitations annuelles moyennes d’Ashkelon.

Le Service météorologique d’Israël a émis des avertissements de crue pour le nord du Néguev, conseillant aux conducteurs d’éviter les routes sensibles.

Il y a deux semaines les villes centrales de Herzliya, Raanana et Kfar Saba sont confrontées à des inondations semblables après les fortes pluies qui ont frappé la région.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...