Abbas : Je vais lâcher une bombe pendant le discours à l’ONU
Rechercher

Abbas : Je vais lâcher une bombe pendant le discours à l’ONU

Dans une interview, le président de l'AP dit que les Palestiniens n'accepteront pas l'accès séparé au mont du Temple

Le président de l'AP Mahmoud Abbas à l'ouverture d'une conférence de deux jours dans la ville cisjordanienne de Ramallah pour discuter de l'avenir de l'Autorité palestinienne, le 4 mars 2015. (AFP / ABBAS MOMANI)
Le président de l'AP Mahmoud Abbas à l'ouverture d'une conférence de deux jours dans la ville cisjordanienne de Ramallah pour discuter de l'avenir de l'Autorité palestinienne, le 4 mars 2015. (AFP / ABBAS MOMANI)

Dans une interview qui sera prochainement diffusée dans les médias arabes, le président de l’AP, Mahmoud Abbas, a averti Israël que les Palestiniens n’accepteraient pas un accès séparé pour les Juifs et les Musulmans sur le mont du Temple, que les Musulmans appellent al-Aqsa.

Israël n’a pas annoncé de tels plans, mais l’Autorité palestinienne serait persuadée que le gouvernement Netanyahu est en train d’étudier cette possibilité pour prévenir la violence récurrente sur le site sacré.

« Diviser [l’accès à] al-Aqsa par horaire ou par lieu ne passera pas », a-t-il affirmé.

« Jérusalem est une ligne rouge et nous ne permettrons pas à quiconque de la franchir », a-t-il déclaré dans un entretien qui devrait être diffusé la semaine prochaine dans les médias arabes, selon le quotidien arabe Al-Quds al-Arabi, basé à Londres.

Abbas a également promis de surprendre lors de son discours à l’ONU qui devrait avoir lieu le 29 septembre : « je vais lâcher une bombe pendant le discours à l’ONU » en ce qui concerne le processus de paix israélo-palestinien, « et je ne vais pas dire de quoi il s’agit ».

La « bombe » concernerait le processus de paix avec Israël et les prétendues violations israéliennes des accords d’Oslo, selon le site d’informations Ynet.

Il a aussi indiqué qu’il a donné quelques conseils amicaux à Bashar el-Assad, délivré par le biais du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem. « Je lui ai conseillé de sortir et de parler avec son peuple. Cela aurait un effet [positif] »

Al-Quds al-Arabi a décrit à ses lecteurs l’octogénaire Abbas qu’il juge être entièrement lucide, contrairement aux rumeurs israéliennes qui parlent d’une présumée détérioration mentale.

Abbas a également réitéré dans l’interview sa résistance aux demandes israéliennes pour qu’il reconnaisse Israël comme un Etat juif.

« Si Israël veut être un Etat juif, cela donne de la légitimité à l’EI et à d’autres qui cherchent à établir un Etat islamique en Syrie, en Egypte et dans la bande de Gaza », a-t-il expliqué.

Abbas met en garde contre une « cinquième colonne » dans l’AP

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a mis aussi en garde contre une « cinquième colonne » essayant de détruire l’Autorité palestinienne de l’intérieur, dans son interview.

« Il y a une cinquième colonne à l’intérieur de l’Autorité palestinienne qui essaie de l’empêcher d’exister », a-t-il affirmé laconiquement dans l’interview.

Abbas a également critiqué les démolitions israéliennes en Cisjordanie, affirmant que la volonté d’Israël à démolir des bâtiments dans les zones A et B, qui en vertu des accords d’Oslo, doivent être sous contrôle administratif de l’AP, est une violation des accords.

La Cour suprême d’Israël, qui est tant saluée et qui approuve ces démolitions, est complice de cette violation, a-t-il conclu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...