Abbas : L’Etat Juif « inévitablement perdant » en cas d’arrêt de la coopération sécuritaire
Rechercher

Abbas : L’Etat Juif « inévitablement perdant » en cas d’arrêt de la coopération sécuritaire

Le chef de l'AP a déploré une décision "difficile", ajoutant que les diverses coopérations ne reprendraient que si Israël renonce à toutes les mesures de sécurité mises en place sur le mont du Temple

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, en conférence de presse au palais présidentiel de Bethléem, le 23 mai 2017. (Crédit : Thomas Coex/AFP)
Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, en conférence de presse au palais présidentiel de Bethléem, le 23 mai 2017. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré que c’est Israël qui souffrirait au bout du compte du gel de la coordination sécuritaire avec l’AP.

Dans des propos cités dimanche par le site d’information officiel de l’AP, Wafa, Abbas a indiqué qu’il avait pris la décision difficile de mettre un terme à la coordination sécuritaire en raison de l’installation de détecteurs de métaux aux entrées du mont du Temple.

« Ils n’ont pas le droit de placer des [détecteurs de métaux] aux portes de la mosquée Al-Aqsa parce que la souveraineté sur la mosquée Al-Aqsa bénie relève de notre droit… Nous avons donc pris une position décisive et ferme en particulier en ce qui concerne la coordination sécuritaire et toutes les sortes de coordination entre nous et eux », a dit Abbas.

« Cette décision que nous avons prise à savoir de mettre un terme à toutes les sortes de coordination, que ce soit au niveau de la sécurité et autre, n’est pas facile du tout. Mais ils (les Israéliens) doivent agir et savoir que ce sont eux qui seront les perdants au bout du compte, parce que nous assumons un devoir très important au niveau de la protection de notre sécurité et de la leur ».

Abbas a expliqué que la coordination pourra reprendre seulement si Israël renonce aux mesures de sécurité mises en place au complexe du mont du Temple après l’attentat meurtrier commis le 14 juillet par trois Arabes israéliens sur le site au cours duquel deux policiers ont trouvé la mort.

Il a ajouté qu’il voulait que les militaires israéliens cessent toutes leurs incursions dans les villes palestiniennes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...