Affaire Ramadan: Henda Ayari, victime de nombreuses insultes antisémites
Rechercher

Affaire Ramadan: Henda Ayari, victime de nombreuses insultes antisémites

La figure de proue de la bataille judiciaire contre l'islamologue, contre qui elle a porté plainte pour viol, reçoit de nombreux messages antisémites sur les réseaux sociaux

L'écrivain et militante féministe française Henda Ayari pose lors d'une séance photo à Paris, le 24 novembre 2017. (AFP Photo/Joel Saget)
L'écrivain et militante féministe française Henda Ayari pose lors d'une séance photo à Paris, le 24 novembre 2017. (AFP Photo/Joel Saget)

Henda Ayari, la première femme à avoir porté plainte contre Tariq Ramadan pour viol, se dit victime, captures d’écrans à l’appui, de nombreuses insultes à caractère antisémites et anti-sionistes, bien que son appartenance à la religion musulmane soit de notoriété publique.

« Si je suis victime d’insultes antisémites, écrit-elle sur son compte Twitter, c’est parce que pour certains il n’est pas concevable qu’une musulmane accuse un célèbre prédicateur musulman de viol ! C’est forcément commandité par les juifs et les sionistes qui pour eux sont responsables de tous les malheurs du monde ».

Vilipendée sur les réseaux sociaux par les partisans de l’intellectuel islamiste qui lui reprochent de s’attaquer à l’islam, la jeune femme dit être « fière » d’être « une musulmane qui respecte les lois de la République » et refuse de se « taire parce que Tariq Ramadan utilise l’islam pour assouvir ses pulsions sexuelles ».

Petite selection de passages (non corrigés et censurés pour les plus crus) parmi les nombreux messages reçus par Henda Ayari : « Montrez-moi une seule vidéo ou vous défendez l’islam quand tu étais sois-disant une salafiste, qui faisait un semblant de porter le porter le voile. Vous êtes un agent du Mossade. Vous êtes utilisé pour combattre les intellectuelles musulmans ». « Combien tu a était payé par t mètre les juifs pour dénoncer un viol (…) tu es dvenu soumise aux sionistes », « salle yahudi », etc…

Le théologien suisse est visé par une enquête à Paris pour « viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort », et fait l’objet de plaintes de deux femmes, dont Henda Ayari, qui dénoncent des faits similaires.

L’ancienne salafiste devenue militante féministe et laïque, Henda Ayari avait raconté dans un livre sa rencontre avec Tariq Ramadan mais sans le nommer.

« C’est la campagne #BalanceTonPorc qui m’a poussée à dévoiler son nom », explique la jeune femme dans Le Parisien où elle raconte qu’elle était « sous l’emprise mentale » de M. Ramadan et que celui-ci l’avait « menacée de représailles » ou de « s’en prendre à ses enfants ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...