Affrontements entre Palestiniens et policiers sur le mont du Temple
Rechercher

Affrontements entre Palestiniens et policiers sur le mont du Temple

3 blessés dans les émeutes près de la mosquée Al-Aqsa ; de violents affrontements signalés en Cisjordanie, près de l'avant-poste contesté d'Evyatar, 47 blessés

Affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens sur le mont du Temple à Jérusalem, le 18 juin 2021. (Jamal Awad / Flash90)
Affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens sur le mont du Temple à Jérusalem, le 18 juin 2021. (Jamal Awad / Flash90)

Des affrontements entre les fidèles palestiniens et la police israélienne ont explosé sur le mont du Temple à Jérusalem vendredi après-midi, alors qu’une reprise des hostilités avec le groupe terroriste du Hamas dans la bande de Gaza au sujet de la situation dans la ville sainte est crainte.

La police a déclaré que les affrontements ont explosé après les prières du vendredi après-midi sur ce lieu saint de la Vieille Ville. Plusieurs centaines de personnes ont défilé et des dizaines d’entre elles, qui ont refusé de se disperser lorsqu’elles sont arrivées à la sortie de l’enceinte, ont commencé à jeter des pierres sur la police.

Selon le Croissant-Rouge palestinien, neuf Palestiniens ont été blessés par des balles à bout éponge et des grenades assourdissantes tirées par les policiers, et au moins un par une pierre lancée par la foule. Trois des blessés ont été hospitalisés, a indiqué l’organisation.

La police a déclaré avoir arrêté 14 personnes pour jets de pierres et émeutes.

Des fidèles palestiniens ont également hissé le drapeau palestinien après la prière du vendredi.

Les affrontements ont eu lieu après que l’armée israélienne a mené des frappes aériennes sur des cibles du Hamas dans toute la bande de Gaza jeudi soir, en réponse aux incendies criminels dans le sud d’Israël.

Des affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens sur le mont du Temple à Jérusalem, le 18 juin 2021. (Crédit : Jamal Awad / Flash90)

La flambée de violences du mois dernier avec les groupes terroristes de Gaza est survenue à la suite de violents affrontements à Jérusalem.

Des groupes terroristes palestiniens ont fait un lien explicite entre les tirs de roquettes de mai et les troubles dans la capitale – liées aux restrictions sur les prières au mont du Temple pendant le mois sacré du Ramadan et à l’expulsion imminente d’un certain nombre de familles palestiniennes du quartier de Sheikh Jarrah.

Des Palestiniens scandent des slogans après la prière du vendredi dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple à Jérusalem, le 18 juin 2021. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Depuis le cessez-le-feu, le Hamas a menacé à plusieurs reprises de reprendre les hostilités en fonction des développements à Jérusalem, et a répondu avec une belligérance accrue aux projets d’organisation de la Marche des drapeaux.

Mardi, des milliers de nationalistes juifs ont défilé dans certaines parties de la Vieille Ville de Jérusalem, certains scandant des slogans racistes. En parallèle, Israël avait prévenu le Hamas, via les médiateurs égyptiens, d’une réponse ferme et immédiate à tout tir de roquette en provenance de la bande de Gaza.

Des Israéliens agitent des drapeaux israéliens et dansent pendant la Marche des Drapeaux devant la porte de Damas devant la Vieille Ville de Jérusalem, en célébration de l’annexion de la partie orientale de Jérusalem en 1967, le 15 juin 2021. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

À la veille de la Marche des drapeaux, les terroristes de la bande de Gaza ont recommencé à lancer des ballons transportant des engins incendiaires et explosifs dans le sud d’Israël, violant le fragile cessez-le-feu qui a débuté le 21 mai.

Les attaques aux ballons incendiaires seraient également survenues en raison de la frustration du Hamas provoquée par les retards dans la réception du dernier versement de l’aide mensuelle qu’il reçoit du Qatar.

Le transfert de millions de dollars est bloqué depuis la guerre de Gaza le mois dernier, Israël refusant d’autoriser le versement d’argent à Gaza tant que le groupe terroriste ne libère pas les deux civils en captivité et les deux corps de soldats de Tsahal qu’il détient. L’Égypte s’est également opposée au redémarrage des paiements qataris, insistant pour qu’un nouveau mécanisme soit mis en place afin que ces transferts d’argent à Gaza ne soient pas gérés par le Hamas.

Un mois après le conflit de 11 jours qui a fait rage entre Israël et le Hamas, le fragile cessez-le-feu est mis à rude épreuve, et le chef de l’armée a ordonné à l’armée de se préparer à une reprise des combats.

Des membres du groupe terroriste palestinien du Djihad islamique lancent des ballons incendiaires vers Israël, à l’est de la ville de Gaza, le 15 juin 2021. (Crédit : Atia Mohammed / Flash90)

Simultanément en Cisjordanie ce vendredi, de violents affrontements ont éclaté entre Palestiniens et soldats israéliens près de Beita. Au moins 47 blessés Palestiniens ont été signalés. Ils ont inhalé du gaz lacrymogène et reçu des balles en caoutchouc, selon le Croissant-Rouge.

La zone autour de Beita a été le théâtre d’affrontements répétés entre les forces israéliennes et les Palestiniens ces dernières semaines suite au rétablissement d’un nouvel avant-poste en Cisjordanie connu sous le nom d’Evyatar, sur un terrain proche de la ville. Les Palestiniens ont lancé des pierres sur les soldats et brûlé des terres, tandis que les soldats israéliens ont répondu par des tirs de projectiles anti-émeute et à balles réelles.

Quatre Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens lors d’affrontements entre les habitants de Beita et les forces israéliennes ces derniers jours.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...