Allemagne: il n’y aura finalement pas de musée de la saucisse près de Buchenwald
Rechercher

Allemagne: il n’y aura finalement pas de musée de la saucisse près de Buchenwald

C'est Benjamin-Immanuel Hoff, chargé de la lutte contre l'antisémitisme dans l'Etat de Thuringe, qui a obtenu l'annulation du projet de la part de la municipalité de Mühlhausen

Le camp de Buchenwald où sur l'inscription sur le fronton est écrit : "À chacun ce qu'il mérite" (Crédit : Paul Paul Pugliese)
Le camp de Buchenwald où sur l'inscription sur le fronton est écrit : "À chacun ce qu'il mérite" (Crédit : Paul Paul Pugliese)

Le projet de déménagement d’un musée de la saucisse sur le site d’une ancienne dépendance du camp nazi de Buchenwald a finalement été annulé, suscitant mardi le soulagement de la communauté juive allemande.

« Je me réjouis qu’il ait été décidé de façon consensuelle de chercher un nouvel emplacement pour le musée », a déclaré mardi au quotidien Tagesspiegel Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs en Allemagne, qui avait vivement protesté contre le projet.

Benjamin-Immanuel Hoff, chargé de la lutte contre l’antisémitisme dans l’Etat régional de Thuringe, a obtenu l’annulation du projet de la part de la municipalité de Mühlhausen, où se trouvait cet ancien camp.

Le conseil municipal, qualifié de « totalement irresponsable » par Hoff, avait dans un premier temps approuvé l’installation.

Le musée, jusqu’ici situé dans une autre ville de Thuringe, s’est excusé sur son site internet auprès de tous ceux « qui ont perçu (son) action comme une minimisation ou une relativisation des crimes du national-socialisme » et a regretté de ne pas avoir été informé « plus tôt » de l’historique du lieu.

Ce camp satellite de celui de Buchenwald avait accueilli à partir de septembre 1944 quelque 700 femmes juives polonaises et hongroises en provenance d’Auschwitz (Pologne). Elles devaient travailler pour une usine d’armement, faute de quoi elles étaient renvoyées à Auschwitz.

Le camp a fermé en février 1945 et les déportées ont été acheminées vers d’autres camps lors de « marches de la mort ».

L’usine d’armements se trouvait à moins de trois kilomètres du site choisi pour le musée de la saucisse. Des stèles et plaques commémoratives rappellent l’histoire tragique de ce site.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...