Allemagne: naturalisation facilitée pour les descendants de victimes du nazisme
Rechercher

Allemagne: naturalisation facilitée pour les descendants de victimes du nazisme

Parallèlement, la loi sur la citoyenneté a également été modifiée pour interdire l'accès à la nationalité à toute personne reconnue coupable d'un acte antisémite ou raciste

La chancelière allemande Angela Merkel prononce un discours lors d'une séance plénière au Bundestag à Berlin, en Allemagne, le 24 juin 2021. (Crédit : AP Photo/Markus Schreiber)
La chancelière allemande Angela Merkel prononce un discours lors d'une séance plénière au Bundestag à Berlin, en Allemagne, le 24 juin 2021. (Crédit : AP Photo/Markus Schreiber)

Le parlement allemand a approuvé vendredi une loi facilitant l’obtention de la nationalité allemande par les descendants de victimes du nazisme qui avaient dû fuir le pays en raison des persécutions du régime d’Adolf Hitler.

Parallèlement à cette mesure « symbolique », la loi sur la citoyenneté a également été modifiée pour interdire l’accès à la nationalité à toute personne reconnue coupable d’un acte antisémite ou raciste.

Alors que l’Allemagne autorise depuis longtemps les descendants de juifs persécutés à réclamer la citoyenneté allemande, des lacunes juridiques empêchaient que de nombreux candidats se voient délivrer le fameux sésame avant un changement de règle désormais inscrit dans la loi.

Certains s’étaient vus refuser la nationalité allemande parce que leurs ancêtres avaient fui l’Allemagne et pris une autre nationalité avant que leur citoyenneté d’origine ne soit officiellement révoquée, tandis que d’autres demandes ont été rejetées parce que les personnes étaient nées d’une mère allemande et d’un père non allemand avant le 1er avril 1953.

La procédure est désormais simplifiée. Contrairement aux processus habituels, les demandeurs n’auront pas à prouver qu’ils disposent de suffisamment de moyens financiers pour subvenir à leurs besoins.

Formellement, les impétrants doivent présenter la preuve que leurs ancêtres ont été persécutés en Allemagne entre 1933 et 1945 ou qu’ils appartenaient à un groupe persécuté, notamment les Juifs et les Roms, ainsi que les dissidents politiques et les malades mentaux.

Le Conseil central des Juifs d’Allemagne, qui a longtemps fait campagne pour un droit statutaire, a qualifié la mesure d’assouplissement des droits de citoyenneté de « longtemps attendue ».

« Dans le même temps, l’Allemagne assume la responsabilité de veiller à ce que les Juifs puissent vivre en sécurité dans ce pays », a salué l’institution.

L’animateur TV Nick Ross avec son passeport allemand et son passeport britannique, le 5 novembre 2018. (Crédit : TOLGA AKMEN / AFP)

Le ministère de l’Intérieur a justifié la disposition bloquant l’accès à la naturalisation aux auteurs d’actes racistes par « les actes antisémites perpétrés en Allemagne ces dernières semaines ». Cette mesure sera valable « quelle que soit la peine prononcée ».

Récemment, des rassemblements dans plusieurs villes allemandes à la faveur de la dernière flambée de violence entre Israël et les Palestiniens ont été le théâtre d’actes et propos antisémites, vivement condamnés par les autorités.

L’Allemagne s’inquiète depuis quelques années d’une résurgence de l’antisémitisme. L’attentat manqué contre une synagogue à Halle en octobre 2019 et perpétré par un extrémiste adepte de thèses révisionnistes et admirateur de Hitler avait choqué le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...