Allemagne : nouvelle interdiction d’un groupuscule néonazi
Rechercher

Allemagne : nouvelle interdiction d’un groupuscule néonazi

L'Allemagne a érigé au premier rang des menaces le terrorisme d'extrême droite après plusieurs attentats, en particulier l'un avorté contre une synagogue de Halle

Une image utilisée par un groupe néo-nazi sur Facebook. Illustration. (Crédit : capture d'écran)
Une image utilisée par un groupe néo-nazi sur Facebook. Illustration. (Crédit : capture d'écran)

L’Allemagne a interdit un groupuscule d’extrême-droite néonazi, notamment actif sur les réseaux sociaux où il « propageait la haine et prônait le rétablissement d’un Etat national-socialiste (nazi, ndlr) », a annoncé mardi le ministère de l’Intérieur.

Ce groupe, connu sous le nom de « Sturmbrigade 44 » ou « Wolfsbrigade 44 », affichait ouvertement son admiration pour Adolf Hitler, ainsi que son idéologie « raciste et antisémite », a précisé le ministère dans un communiqué.

C’est la quatrième fois depuis le début de l’année que le ministère de l’Intérieur interdit un groupuscule d’extrême droite, après des précédents en janvier, mars et juin.

En début de matinée, près de 190 policiers ont perquisitionné des appartements de onze membres du groupe dans les Etats régionaux de Hesse, Mecklembourg-Poméranie occidentale et Rhénanie du Nord-Westphalie.

La police a saisi des armes, y compris des couteaux et des arbalètes, ainsi que des objets de propagande tels que des croix gammées et des drapeaux nazis, interdits dans le pays.

L’Allemagne a érigé au premier rang des menaces le terrorisme d’extrême droite après plusieurs attentats, en particulier l’un avorté contre une synagogue de Halle, dans l’est du pays, en octobre 2019 et un autre à caractère raciste à Hanau, près de Francfort, en février, qui avait fait neuf morts.

Les crimes et délits antisémites et islamophobes, en grande majorité commis par des sympathisants d’extrême droite, ont augmenté de 14 % en Allemagne en 2019, selon le ministère de l’Intérieur.

En juin 2019, un élu conservateur favorable à l’accueil des réfugiés, Walter Lübcke, avait été assassiné à son domicile. Deux sympathisants d’extrême droite sont actuellement jugés par ce meurtre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...