Alsheich : les enquêtes sur Netanyahu sont presque terminées
Rechercher

Alsheich : les enquêtes sur Netanyahu sont presque terminées

Le chef de la police a cité des “contraintes” dans le déroulement de l’enquête, faisant peut-être allusion aux nombreux voyages du Premier ministre, interrogé lundi pour la 4e fois

La chef de police Roni Alsheich à Tel Aviv, le 30 août 2016. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
La chef de police Roni Alsheich à Tel Aviv, le 30 août 2016. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Roni Alsheich, le chef de la police, a indiqué lundi que les deux enquêtes en cours pour corruption dont fait l’objet le Premier ministre Benjamin Netanyahu étaient quasiment terminées, pendant que le Premier ministre était interrogé par la police pour la quatrième fois dans l’une de ces enquêtes.

« Nous aurons bientôt fini », a déclaré Alsheich à des journalistes durant la prestation de serment du nouveau chef des pompiers. « Il y a eu des contraintes, mais nous en sommes au stade final. »

« Une fois que nous aurons rempli nos obligations, nous informerons la population de nos recommandations officielles », a-t-il ajouté.

Alsheich n’a pas précisé quelles étaient les « contraintes » auxquelles se sont heurtées les enquêtes, mais, ces dernières semaines, la police a indiqué que son travail avait été retardé à plusieurs reprises en raison de l’emploi du temps du Premier ministre et du temps qu’il a passé à l’étranger, et de sa difficulté à prendre contact avec les personnes concernées.

Alsheich s’exprimait alors que la police interrogeait Netanyahu pour la quatrième fois dans le cadre de l’Affaire 1 000, une enquête sur de très chers cadeaux donnés au Premier ministre par des hommes d’affaires, dont le milliardaire australien James Packer et le producteur hollywoodien Arnon Milchan.

La police arrive à la résidence du Premier ministre à Jérusalem pour interroger Benjamin Netanyahu, le 6 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La police arrive à la résidence du Premier ministre à Jérusalem pour interroger Benjamin Netanyahu, le 6 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Netanyahu a affirmé que les cadeaux avaient été faits entre amis et a nié qu’ils aient pu entraîner un conflit d’intérêt.

Selon le quotidien Haaretz, qui citait une source policière, l’interrogatoire de Netanyahu portait sur le témoignage de sa femme, Sara, qui contredit la version qu’il a donnée lors de ses précédents interrogatoires. Interrogée par l’AFP, la police a refusé de commenter ces informations.

La deuxième affaire qui implique Netanyahu, l’Affaire 2 000, porte sur un accord de contrepartie présumé négocié entre le Premier ministre et Arnon Moses, le propriétaire du quotidien le plus vendu du pays.

Netanyahu dément toute malversation, dans les deux affaires.

Le dernier interrogatoire a eu lieu lundi en fin d’après-midi. Il était mené par les enquêteurs de l’unité Lahav 433 à la résidence du Premier ministre à Jérusalem.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara à leur arrivée en Australie pour une visite officielle de quatre jours, le 21 février 2017. (Crédit :Haim Tzach/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara à leur arrivée en Australie pour une visite officielle de quatre jours, le 21 février 2017. (Crédit :Haim Tzach/GPO)

La semaine dernière, les policiers de Lahav se sont plaints d’être retardés par les fréquents voyages de Netanyahu à l’étranger. Ces dernières semaines, le Premier ministre a été au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, à Singapour, en Australie, et il partira jeudi pour la Russie.

La Deuxième chaîne avait indiqué que les enquêteurs avaient également du mal à organiser l’interrogatoire de deux personnages clés de l’enquête, Milchan, qui auraient offert cigares et champagne à Netanyahu et à sa femme pour une valeur de centaines de milliers de shekels, et Packer, qui aurait payé des repas et des hôtels au fils de Netanyahu, Yair.

Selon les sources anonymes citées par la Deuxième chaîne, Netanyahu a dit à la police qu’il ne savait rien des bouteilles de champagne qui auraient été données à son épouse, et a affirmé qu’il avait acheté la plupart des cigares en liquide à « un proche ».

Mais Milchan et son assistant personnel, ainsi que d’autres associés du producteur, ont dit à la police que ces objets avaient été achetés à la demande du couple Netanyahu, selon les médias.

Le mois dernier, la police avait annoncé que l’enquête sur l’Affaire 1 000 mènerait probablement à une recommandation d’inculpation de Netanyahu pour abus de confiance, et peut-être pour acceptation d’un pot de vin.

Netanyahu, 67 ans, est à la tête du gouvernement depuis 2009 après un premier mandat entre 1996 et 1999. Il a été soupçonné à plusieurs reprises par le passé, sans être inquiété.

L’AFP et l’équipe du Times of Israël ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...