« Amenez des tentes » : les militants d’Evyatar tentent d’empêcher sa démolition
Rechercher

« Amenez des tentes » : les militants d’Evyatar tentent d’empêcher sa démolition

Des députés de l'opposition visitent l'avant-poste illégal qui doit être démoli dans les jours à venir et demandent au gouvernement d'intervenir pour empêcher son évacuation

L'avant-poste illégal d'Evyatar, en Cisjordanie, le 27 juin 2021. (Sraya Diamant/Flash90)
L'avant-poste illégal d'Evyatar, en Cisjordanie, le 27 juin 2021. (Sraya Diamant/Flash90)

Quelques heures avant l’entrée en vigueur de l’ordre de démolition de l’avant-poste d’Evyatar en Cisjordanie, ses résidents ont appelé dimanche les activistes de droite à venir sur le site pour « arrêter le plan de destruction. »

Les résidents ont déclaré dans un communiqué qu’ils ont installé un village de tentes autour des structures de l’avant-poste pour empêcher leur évacuation prévue. Ils ont appelé le public à apporter du matériel de camping et de la nourriture « pour un long séjour », affirmant que les troupes se préparent à un combat.

« Actuellement, nous avons connaissance d’une organisation massive des forces pour l’évacuation et la destruction, mais nous ne sommes toujours pas au courant d’une heure fixée pour l’opération », indique le communiqué.

La semaine dernière, l’armée a rejeté un appel des résidents d’Evyatar contre le rasage de l’avant-poste, autorisant la démolition à partir de minuit dimanche. Sans intervention du gouvernement, le site sera probablement démoli en quelques jours.

« L’avant-poste d’Evyatar a été établi illégalement. Tout a été fait en totale violation de la loi et sans aucun accord de propriété ou de planification », a écrit le commandement central de Tsahal en réponse à la pétition.

Les résidents palestiniens locaux disent qu’ils ont historiquement travaillé la terre sur laquelle l’avant-poste a été construit, mais que l’armée israélienne les a récemment empêchés d’atteindre la zone. L’administration civile, un organisme militaire israélien qui gère les affaires civiles palestiniennes – y compris l’enregistrement des terres en Cisjordanie – affirme qu’elle n’a pas déterminé à qui appartient la terre. Selon les lois sur la propriété en Cisjordanie, les terres non cultivées peuvent redevenir propriété publique.

Une vue de l’avant-poste illégal d’Evyatar, le 21 juin 2021. (Crédit : Sraya Diamant/Flash90)

L’avant-poste s’est rapidement développé au cours des deux derniers mois, passant à environ 50 bâtiments pour des dizaines de familles. Sa page Facebook se vante qu’Evyatar empêche la contiguïté entre les villages palestiniens environnants tout en reliant l’implantation israélienne de Tapuah à la jonction de Za’atara et à l’implantation de Migdalim.

La question de l’avant-poste a été utilisée par les législateurs de l’opposition pour attaquer le Premier ministre Naftali Bennett, l’accusant d’être sous la coupe de ses partenaires de coalition centristes et de gauche.

Dimanche matin, les députés de l’opposition des partis du sionisme religieux et ultra-orthodoxe Shas ont visité l’avant-poste, appelant le nouveau gouvernement à empêcher sa démolition.

« Des centaines d’avant-postes illégaux sont installés par les Arabes dans les environs, même en ce moment », a déclaré aux journalistes le chef du Parti sioniste religieux, Bezalel Smotrich, sur le site. « Il y a un avant-poste qui a été établi ici sur une terre qui appartient au peuple d’Israël, un avant-poste qui a été établi pour s’assurer que nous renforçons notre emprise sur la Terre d’Israël ».

« Evyatar doit rester à sa place et j’appelle tous ceux qui ont un rôle dans cette affaire, le ministre de la Défense [Benny Gantz] et le Premier ministre [Naftali Bennett] – vous devez protéger et légaliser Evyatar », a-t-il déclaré.

Le député Bezalel Smotrich visite l’avant-poste illégal d’Evyatar, en Cisjordanie, le 27 juin 2021 (Sraya Diamant/Flash90).

Le président du Shas, Aryeh Deri, a déclaré que le gouvernement doit intervenir et ne pas permettre à l’armée d’exécuter l’ordre d’évacuation.

« Cette décision ne doit pas rester entre les mains du commandement central de Tsahal », a accusé Deri. « Le cabinet doit comprendre toutes les implications pour l’endroit, pour toute la région et pour toute la Terre d’Israël. »

Le député Aryeh Deri, chef du parti Shas, et des députés de Shas visitent l’avant-poste illégal d’Evyatar, en Cisjordanie, le 27 juin 2021. (Sraya Diamant/Flash90)

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a déclaré la semaine dernière qu’Evyatar serait rasé conformément aux ordres de l’armée et que cette question ne serait pas une source de division au sein de la fragile coalition gouvernementale.

Dans ses premières remarques publiques sur l’avant-poste depuis son entrée en fonction, Lapid, qui est également Premier ministre par alternance, a déclaré à Zman Israël, la version hébraïque du Times of Israël, que le sort de la communauté ne faisait aucun doute.

« L’avant-poste sera évacué », a-t-il déclaré lundi dernier. « Il est illégal. Ce n’est pas du tout une question de droite ou de gauche. C’est un ordre de l’armée et de l’administration civile. »

Un homme prie dans l’avant-poste illégal d’Evyatar, en Cisjordanie, le 27 juin 2021. (Sraya Diamant/Flash90)

La zone autour d’Evyatar a été le théâtre d’affrontements répétés entre les forces israéliennes et les Palestiniens ces dernières semaines suite à la réimplantation de l’avant-poste. Evyatar a déjà été rasé plusieurs fois depuis sa construction en 2013 après le meurtre d’Evyatar Borovsky, résident de Yitzhar, dans une attaque à l’arme blanche à la jonction de Tapuah.

Les Palestiniens près de la ville adjacente de Beita ont lancé des pierres sur les troupes et brûlé des parcelles de terrain, tandis que les soldats israéliens ont répondu avec des munitions de dispersion anti-émeute et, dans certains cas, des balles réelles. Ces dernières semaines, quatre Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens lors de ces affrontements.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...