Ami Ayalon demande à Rivlin de ne pas signer la loi de l’Etat-nation
Rechercher

Ami Ayalon demande à Rivlin de ne pas signer la loi de l’Etat-nation

Un ancien chef du Shin Bet exhorte le président à ne pas signer la loi, récemment adoptée, définissant entre autres Israël comme l'État-nation du peuple juif

L'Ancien chef du Shin Bet Ami Ayalon. (Olivier Fitoussi / Flash90)
L'Ancien chef du Shin Bet Ami Ayalon. (Olivier Fitoussi / Flash90)

« Selon la Loi fondamentale, la signature présidentielle est requise pour que la loi entre en vigueur. Habituellement, signer une loi est une question de rituel et ne nécessite pas de délibération spéciale. Ce n’est pas le cas avec cette loi – je crois que votre main tremblera une fois que vous aurez pris la plume », a écrit lundi Ami Ayalon, un ancien chef du Shin Bet, dans une lettre ouverte au président israélien Reuven Rivlin.

« Si elle est promulguée, cette loi vous posera, avec les valeurs auxquelles vous croyez et qui vous ont guidés dans la vie publique, un dilemme : violer votre conscience ou remplir votre serment présidentiel d’être fidèles à l’Etat d’Israël et à ses lois », a-t-il ajouté.

Ayalon, qui était devenu député du parti travailliste après avoir quitté le Shin Bet, soutient que la loi va saper les efforts de Rivlin pour promouvoir l’unité nationale.

Il dit aussi que la loi « nie la Déclaration d’Indépendance et dévalorise son statut en tant que fondement de nos valeurs nationales ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...