Amir Ohana demande à ne pas commencer à vacciner les détenus
Rechercher

Amir Ohana demande à ne pas commencer à vacciner les détenus

Le ministre de la Sécurité intérieure explique que les prisonniers seront vaccinés plus tard, quand un plus grand nombre d'Israéliens auront été immunisés

Le ministre de la Justice Amir Ohana à la Knesset, le 11 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Justice Amir Ohana à la Knesset, le 11 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Sécurité intérieure Amir Ohana (Likud) a donné samedi pour instruction de ne pas commencer à vacciner les détenus des prisons israéliennes contre la COVID-19 jusqu’à nouvel ordre, après la déclaration d’un responsable palestinien qui avait indiqué que les prisonniers sécuritaires palestiniens allaient bientôt recevoir la première dose des deux injections nécessaires pour l’immunisation face à la maladie.

Un communiqué émis par le bureau d’Ohana a noté qu’il avait ordonné au service pénitencier israélien de ne faire vacciner, à ce stade, que le personnel, ajoutant que les prisonniers sécuritaires ne seraient pas vaccinés sans permission. Ils le seront « en fonction des progrès réalisés dans la campagne de vaccination de la population israélienne », a précisé le communiqué.

Ohana a émis ce communiqué après les propos tenus par Qadri Abu Bakr, président de la Commission des affaires des prisonniers de l’OLP, qui avait fait savoir que le service pénitencier israélien avait annoncé aux détenus palestiniens qu’ils commenceraient à être immunisés au cours des prochains jours.

Abu Bakr avait expliqué à l’agence de presse officielle de l’Autorité palestinienne, WAFA, que la vaccination serait optionnelle et non-obligatoire et que certains prisonniers avaient déjà fait part de leur intention de se faire immuniser. Il avait appelé les médecins d’autres pays à venir surveiller les vaccinations.

Abu Bakr avait tenu ces propos après que le ministère de la Santé israélien avait annoncé que le personnel pénitencier et les prisonniers étaient prioritaires dans la vaccination. Ohana a par la suite rectifié cette annonce officielle, expliquant que, pour l’instant, seul le personnel bénéficierait du vaccin.

Selon WAFA, 140 prisonniers sécuritaires ont attrapé le coronavirus depuis le début de la pandémie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...