Amir Peretz s’était rasé la moustache pour convaincre les gens – en vain
Rechercher

Amir Peretz s’était rasé la moustache pour convaincre les gens – en vain

Le chef du Parti travailliste explique qu'il veut influencer la politique nationale et invoque la crise socio-économique : "Je ne pouvais pas rester à l'écart"

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le président du Parti travailliste Amir Peretz lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 12 mars 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Le président du Parti travailliste Amir Peretz lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 12 mars 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Après avoir confirmé pour la première fois mardi que son Parti travailliste prévoyait bien de rejoindre la coalition formée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de Kakhol lavan Benny Gantz, le leader travailliste Amir Peretz a déclaré mercredi qu’il sera ministre de l’Economie dans le nouveau gouvernement et que son collègue travailliste le député Itzik Shmuli dirigera le ministère du Travail et des Affaires sociales.

Au cours des deux dernières élections, Peretz avait fait campagne en disant qu’il ne rejoindrait jamais une coalition dirigée par Netanyahu, et avait même rasé sa moustache emblématique pour que les électeurs puissent « lire sur ses lèvres » qu’il était sincère dans son engagement.

Mercredi, il a fait valoir que les circonstances avaient changé. Justifiant sa décision de rejoindre un gouvernement qui sera dirigé, pour ses 18 premiers mois, par Netanyahu, Peretz a déclaré mardi à la radio de l’armée qu’il avait conduit la lutte anti-Netanyahu aussi loin qu’il le pouvait, mais qu’il voulait maintenant avoir de l’influence.

« Je veux que le Parti travailliste revienne au centre de la vie publique. Quand la crise socio-économique est à son apogée, je ne pouvais pas rester sur le côté », a-t-il déclaré.

Le Parti travailliste a atteint le niveau le plus bas de sa représentation à la Knesset sous la direction de Peretz lors des dernières élections, où il s’est présenté aux côtés d’Orly Levy-Abekasis de Gesher et du parti Meretz. Ensemble, les trois partis ont remporté 7 sièges à la Knesset. Le Parti travailliste, qui était autrefois le principal parti d’Israël et qui a dirigé le pays pendant des décennies, n’a plus que trois de ces sièges parlementaires.

Et avec la troisième députée travailliste de la Knesset, Merav Michaeli, qui a juré de ne pas entrer au gouvernement, Peretz pourrait bientôt se retrouver à la tête d’une faction de deux hommes.

Peretz a déclaré mercredi que même avant les élections du 2 mars, alors que son parti était encore allié à Meretz et avant que l’ampleur de la crise sanitaire liée aux coronavirus ne soit connue, il avait décidé de faire un « partenariat stratégique » avec Gantz et son parti Kakhol lavan.

« Gantz est un homme bien et honnête », a-t-il déclaré.

Le dirigeant de Kakhol lavan, Benny Gantz, (à gauche), et le dirigeant du Parti travailliste, Amir Peretz, se rencontrent pour discuter des négociations de coalition, le 11 mars 2020. (Kakhol lavan/Elad Malka)

Le Parti travailliste est prêt à rejoindre le gouvernement en tant que membre du bloc de centre-gauche de Gantz, en se voyant attribuer des postes ministériels parmi les 16 attribués à Kakhol lavan et à ses alliés.

Le comité central du Parti travailliste doit approuver la décision d’entrer dans la coalition. Michaeli a déclaré qu’elle espérait que cette décision soit torpillée par le vote.

Selon les termes de l’accord conclu entre Netanyahu et Gantz, qui mettra fin à plus d’un an d’impasse politique pendant laquelle Israël n’a pas eu de gouvernement régulier, Gantz deviendra Premier ministre dans 18 mois. D’ici là, il sera ministre de la Défense et aura un droit de veto sur la plupart des questions législatives et politiques. Alors qu’il avait fait campagne sur la promesse de ne pas siéger dans un gouvernement dirigé par Netanyahu, Gantz a déclaré que ce revirement était rendu nécessaire par la crise du coronavirus.

Le gouvernement auquel M. Peretz est sur le point de se joindre comprendra 32 ministres dans un premier temps, puis 36, avec 16 vice-ministres, dès que la crise du coronavirus sera considérée comme terminée, dans ce qui sera de loin le plus grand gouvernement de l’histoire d’Israël.

L’accord final satisfait aux nombreuses demandes de Netanyahu, notamment en ce qui concerne l’annexion de certaines parties de Cisjordanie, un processus qui, selon lui, peut commencer en juillet 2020. Bien que Gantz s’oppose à l’annexion unilatérale, il a renoncé à son veto sur la question, et a convenu que si Netanyahu peut obtenir une majorité à la Knesset pour cette démarche – ce dont il est presque certain – le Premier ministre pourra aller de l’avant.

Interrogé mardi sur la possibilité de rejoindre un gouvernement qui donnera la priorité à l’annexion de la Cisjordanie, une politique apparemment diamétralement opposée à celle du Parti travailliste et de ses électeurs, M. Peretz a déclaré qu’il avait toujours soutenu l’annexion du Gush Etzion au sud de Jérusalem, sans autre commentaire.

Qualifiant la nouvelle coalition de « gouvernement surdimensionné qui n’est qu’une bouée de sauvetage pour Netanyahu », Mme Michaeli a
tweeté : « Nous devons maintenant nous assurer que le Parti travailliste ne prenne pas part à cette ignominie corrompue et dangereuse ».

Peretz a déclaré qu’il respectera la décision prise par le parti, quelle qu’elle soit, bien qu’il ait déjà commencé à participer à des réunions en tant que ministre désigné de l’Economie.

Amir Peretz, alors président de la Histadrout, avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, avril 1997. (Archives photographiques Yaakov Saar/GPO)

Le Parti travailliste de centre-gauche et le parti progressiste Meretz avaient fusionné à contrecœur avant les élections de mars dans ce qui était considéré comme un mariage de convenance, de peur qu’une des factions ne tombe en dessous du seuil pour entrer à la Knesset, affaiblissant ainsi le bloc anti-Netanyahu.

Le Parti travailliste s’était auparavant associé au parti du « pain et du beurre » Gesher de la députée Orly Levy-Abekasis, qui a également fait partie de l’alliance. Lévy-Abekasis, qui était auparavant positionnée à droite de l’échiquier politique, a rompu avec la faction parlementaire le mois dernier à cause de désaccords sur les projets, aujourd’hui abandonnés, de former un gouvernement minoritaire avec le soutien extérieur du parti de la Liste arabe unie, à prédominance arabe. Elle est également prête à rejoindre le nouveau gouvernement, en tant que faction d’un seul membre.

Si le Parti travailliste rejoint le gouvernement, ce sera la première fois qu’il fera partie d’une coalition au pouvoir depuis 2011, date à laquelle une grande partie de la faction a soutenu un gouvernement dirigé par Netanyahu. Le parti et ses prédécesseurs ont dirigé Israël depuis sa fondation jusqu’à la fin des années 1970, mais ces dernières années ont vu leur fortune chuter précipitamment, beaucoup de ses électeurs préférant opter pour une série d’alternatives centristes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...