Amman accuse Israël d’interdire des dignitaires musulmans d’accès à Al-Aqsa
Rechercher

Amman accuse Israël d’interdire des dignitaires musulmans d’accès à Al-Aqsa

"C'est une violation directe de la tutelle hachémite sur les lieux saints islamiques", a dénoncé le Waqf

Des manifestants palestiniens forcent l'entrée verrouillée menant au site de la porte de la Miséricorde en face de la mosquée Al Aqsa sur le Mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 février 2019. (Ahmad Gharabli/AFP)
Des manifestants palestiniens forcent l'entrée verrouillée menant au site de la porte de la Miséricorde en face de la mosquée Al Aqsa sur le Mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 février 2019. (Ahmad Gharabli/AFP)

Les autorités jordaniennes ont accusé dimanche Israël d’avoir interdit l’accès de hauts dignitaires musulmans palestiniens à la mosquée Al-Aqsa, située dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Amman a annoncé que cheikh Abdel Azim Salhab, le chef du conseil du Waqf à Jérusalem – l’organisme chargé de la gestion des biens musulmans – avait été interdit par les autorités israéliennes d’accéder à Al-Aqsa durant 40 jours, tandis que son adjoint cheikh Najih Bakirat a écopé d’une interdiction de quatre mois.

Firas al-Dibs, porte-parole du Waqf, l’organisme dépendant de la Jordanie qui gère Al-Aqsa, a confirmé à l’AFP ces interdictions. Il a indiqué que deux autres membres du conseil du Waqf avaient été arrêtés, dont un dimanche, sans donner plus de détails.

Contacté par l’AFP, la police israélienne n’a pas répondu dans l’immédiat.

« La police israélienne a convoqué un certain nombre d’autres membres du conseil, dont Mehdi Abdel Hadi, et a pris d’assaut la maison du membre du conseil Hatem Abdel Kader à qui elle a remis une convocation », a affirmé le ministre jordanien des Affaires islamiques et du Waqf, Abdel Nasser Abou-Bassal, cité par l’agence officielle Petra.

La mosquée d’Al-Aqsa, le troisième lieu saint de l’islam, est située à Jérusalem-Est.

M. Abou Bassal a dénoncé la décision israélienne comme une « nouvelle escalade visant à entraver le travail du Waqf à Jérusalem et à intimider ses membres ».

« C’est une violation directe de la tutelle (du royaume) hachémite sur les lieux saints islamiques », a-t-il poursuivi.

Amman a signé un accord de paix avec son voisin israélien en 1994 et est le seul pays arabe, avec l’Egypte, à entretenir des relations diplomatiques avec l’Etat hébreu.

Le 24 février, Israël avait brièvement détenu MM. Salhab et Bakirat à la suite de tensions autour du mont du Temple.

Les incidents de ces derniers jours semblent avoir été provoqués après la pose, par les autorités israéliennes et dans l’enceinte du mont du Temple, d’un cadenas sur une porte donnant accès à des bureaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...