Amman pour une participation des Arabes à tout dialogue sur le nucléaire iranien
Rechercher

Amman pour une participation des Arabes à tout dialogue sur le nucléaire iranien

Le ministre jordanien des Affaires étrangères a souligné "la nécessité de faire du Moyen-Orient une région exempte d'armes de destruction massive"

Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman al-Safadi, s'exprime lors d'une conférence conjointe avec le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, à Amman, la capitale jordanienne, le 6 janvier 2018. (AFP Photo / Khalil Mazraawi)
Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman al-Safadi, s'exprime lors d'une conférence conjointe avec le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, à Amman, la capitale jordanienne, le 6 janvier 2018. (AFP Photo / Khalil Mazraawi)

La Jordanie a affirmé mercredi que les pays arabes devraient être représentés à tout dialogue futur concernant le dossier nucléaire de l’Iran.

Au cours d’une conférence de presse à Amman avec ses homologues allemand et suédois, le ministre jordanien des Affaires étrangères Aymane Safadi a souligné « la nécessité de faire du Moyen-Orient une région exempte d’armes de destruction massive et l’importance de mettre fin aux tensions avec l’Iran sur la question de l’armement nucléaire ».

Les autorités iraniennes ont annoncé lundi avoir repris leurs activités d’enrichissement de l’uranium à hauteur de 20 %, plus important désengagement par rapport à ses obligations nucléaires.

La Jordanie, a dit M. Safadi, soutient « tout dialogue avec l’Iran sur le dossier nucléaire ». Et « il est nécessaire que les pays de la région soient représentés à tout dialogue futur » à ce sujet.

M. Safadi s’exprimait en marge de la troisième réunion ministérielle de l’Initiative de Stockholm, qui a pour but de trouver des mesures concrètes pour un monde sans armes nucléaires.

Installation d’enrichissement nucléaire de l’Iran à Natanz, à 300 kilomètres au sud de la capitale Téhéran, Iran, le 9 avril 2007. (Hasan Sarbakhshian/ AP/File)

« Afin de parvenir à un règlement durable et de construire des relations régionales fondées sur la coopération, nous devons aussi nous attaquer aux questions liées aux ingérences iraniennes dans les affaires arabes, car cela doit cesser », a-t-il ajouté.

Il a également souligné que le programme de missiles balistiques iraniens devrait être évoqué.

Les ministres des Affaires étrangères d’une dizaine d’autres pays ont participé à la rencontre, virtuellement, et ont « adopté une feuille de route avant la réunion sur le désarmement nucléaire prévue en août ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...