Rechercher

Amour, rires, latkes : les comédies romantiques de Hanoukka ont le vent en poupe

Avec un nouveau film Hallmark et plusieurs romans à l'eau de rose, les Juifs américains ont plus de chances de voir la fête des lumières reflétée dans la culture populaire

Les acteurs de "Eight Gifts of Hanukkah"(Les 8 cadeaux de Hanouka), dont la première est diffusée cette année sur Hallmark. (Crédit : avec l'aimable autorisation de Hallmark)
Les acteurs de "Eight Gifts of Hanukkah"(Les 8 cadeaux de Hanouka), dont la première est diffusée cette année sur Hallmark. (Crédit : avec l'aimable autorisation de Hallmark)

Chaque année, comme une horloge, le temps se refroidit, les jours raccourcissent et l’offre à la télévision, au théâtre et dans les librairies devient résolument saisonnière.

Les intrigues de ces livres et de ces films – un garçon, une fille, des pulls douillets, des brins de gui et le bonheur pour toujours – sont souvent si prévisibles qu’elles en deviennent risibles, offrant le type de produit réconfortant et kitsch qui a donné naissance à des centaines de mèmes et qui reste pourtant indéfiniment populaire.

Au fil des ans, les chaînes de télévision Hallmark et Lifetime, et plus récemment la plateforme de streaming Netflix, ont multiplié leurs offres de vacances, donnant naissance chaque année à des dizaines de films reprenant la même trame de rencontres mignonnes, avec pour toile de fond des flocons de neige, des sapins, des cannes à sucre et, bien sûr, l’esprit des fêtes.

Y a-t-il de la place dans cette formule bien rodée pour quelques célébrations de Hanoukka ? La réponse, de plus en plus, semble être oui. Hallmark et Lifetime ont tous deux lancé leurs toutes premières offres de Hanoukka en 2019, une année où la fête juive chevauche le 25 décembre. L’année dernière, Hallmark a produit une autre émission de ce type et, cette année, elle diffuse « Eight Gifts of Hanukkah » (Huit cadeaux de Hanoukka), la sixième nuit de la fête.

Contrairement aux précédents films d’Hallmark sur Hanoukka, le film de cette année met en scène deux personnages principaux qui ont tous deux été élevés dans la religion juive, dans ce qui semble être une réponse tacite à certaines des critiques reçues par les films des deux dernières années.

Les films Hallmark et Lifetime sortis en 2019 ont été accueillis avec une déception retentissante et ont été pris à partie pour avoir dépeint Hanoukka comme un concept étranger et avoir inclus des personnages principaux qui célèbrent Noël comme un faire-valoir aux traditions juives.

Les acteurs du film de Hallmark sur Hanoukka de 2019,  » Double Holiday « . (Crédit : Albert Camicioli/Crown Media)

Mais dans « Eight Gifts of Hanukkah », l’optométriste Sara Levin reçoit des cadeaux mystérieux mais personnels d’un admirateur secret chaque nuit de la fête. Se rendra-t-elle compte, au moment du « Mazel Ball », la huitième nuit de Hanoukka, que l’homme qui tente de conquérir son cœur est peut-être plus proche d’elle qu’elle ne le pense ?

Joey Plager, producteur exécutif de « Eight Gifts of Hanukkah », a déclaré au Times of Israel que le film avait pour but de « mettre Hanoukka au centre de la narration et des personnages ». « Nous avons travaillé dur sur ce film pour trouver le bon équilibre entre un foyer décoré et festif et la célébration de traditions authentiquement juives. »

Et à une époque où la représentation à l’écran est plus que jamais débattue, les deux personnages principaux du film sont interprétés par des acteurs juifs : Inbar Lavi (« Prison Break », « Lucifer » et la prochaine saison de « Fauda ») et Jake Epstein (« Suits », « Designated Survivor »). M. Plager a déclaré que le casting « donne un air d’authenticité » au film.

Mais le marché est loin d’être saturé par les offres de Hanoukka. Lifetime, qui a produit 35 nouveaux films de Noël cette année, n’a pas fait de nouvelles offres sur le thème du judaïsme, et n’a pas répondu à une demande de commentaire. Netflix, qui a produit cette année 21 nouvelles émissions et films sur le thème des fêtes, n’a pas non plus de productions pour Hanoukka, et a également décliné les multiples demandes de commentaires sur le processus de décision de la plateforme de streaming.

Mais les films ne sont pas les seuls à délaisser les festivités rouges et vertes au profit des traditions bleues et blanches. De plus en plus de romans d’amour de Hanoukka arrivent sur les étagères cette année, dont un de la maison Harlequin de HarperCollins, sans doute la première offre de ce type d’une grande maison d’édition américaine.

Dans « The Matzah Ball » de Jean Meltzer, Rachel Rubenstein-Goldblatt mène une double vie secrète en tant que fille d’un rabbin éminent qui écrit des romans de Noël populaires sous un nom de plume – que même ses parents ignorent. Lorsque son éditeur lui demande de rédiger un roman sur le thème de Hanoukka, elle s’empresse de s’impliquer dans la fête locale du Matzah Ball pour trouver l’inspiration, avant de se rendre compte qu’elle est organisée par son ancien amour de camp d’été juif, devenu son ennemi juré.

L’auteure Jean Meltzer et son premier roman, « The Matzah Ball ». (Crédit : autorisation)

« Shine a Light », de Rebecca Crowley, publié par le groupe indépendant Tule Publishing, propose également une romance légère liée à la fête. Dans ce roman, sorti le 30 novembre – le deuxième jour de Hanoukka – Ellie Bloom, jeune actrice en herbe, rencontre un pompier sexy après avoir failli mettre le feu à son appartement – pour découvrir plus tard qu’il n’est pas seulement le fils du rabbin, mais qu’il l’aide aussi à co-diriger la pièce de théâtre de Hanoukka de la synagogue qu’elle fréquente. Peut-elle mettre de côté ses rêves de carrière à Hollywood pour poursuivre une relation naissante avec le beau gosse du rabbin d’à côté ?

Mme Meltzer a déclaré que, comme son personnage principal, elle a grandi dans une famille pratiquante dans un quartier juif, mais qu’elle a toujours aimé lire des romans d’amour sur le thème de Noël et profiter de cette fête.

« Il y avait toujours les lumières et la musique et toutes les émissions de télévision et les histoires », a-t-elle dit. « Et il y avait juste quelque chose de vraiment fascinant à ce sujet pour moi. »

Chaque année, dit-elle, « j’allais chez Target ou Barnes and Noble, et il y avait toujours cette table pour tous les livres de Noël. Et chaque année, je cherchais un livre sur Hanoukka, mais il n’y en avait jamais. Je savais donc que je voulais écrire une romance juive, et je sentais très bien que ce devait être une romance de Hanoukka ».

Mme Crowley, une auteure de romans d’amour chevronnée, a déclaré qu’elle a eu l’idée d’écrire son premier roman de Hanoukka après avoir été déçue par les tentatives d’Hallmark et de Lifetime de produire des émissions juives pour les fêtes.

« Ce qui me dérangeait, c’est que dans toutes ces histoires, les personnages juifs enseignaient toujours aux non-Juifs leurs fêtes et leurs célébrations », a déclaré Mme Crowley. « Et donc j’ai voulu écrire une histoire sur deux personnages juifs qui tombent amoureux, qui habitent leur judéité, plutôt que de la jouer ».

L’auteur Rebecca Crowley et son dernier ouvrage, « Shine A Light » (Mise en lumière). (Crédit : autorisation)

Si l’offre Hallmark de cette année est loin d’être parfaite, un plus grand soin semble avoir été apporté à la mise en valeur d’authentiques traditions juives sans qu’il soit nécessaire de faire contraste avec Noël. Dans « Eight Gifts of Hanukkah », un personnage utilise le mot « bashert » – le concept juif de l’âme sœur – et un autre ouvre une boîte à musique qui joue une version de la chanson juive traditionnelle « Maoz Tzur ».

Ces touches permettent de pardonner plus facilement les autres moments un peu moins authentiques – comme la présence constante de poitrine de boeuf, de kugel et de rugelach tous les soirs de fête, et le concept assez étranger – et teinté de christianisme – d’une chasse à l’argent de Hanoukka.

« Il est extrêmement important d’honorer les valeurs et les coutumes de chaque célébration par des histoires authentiques », a déclaré M. Plager, qui a également produit l’an dernier la série « Love, Lights, Hanukkah » (Amour, Lumières, Hanoukka) de Hallmark, ainsi qu’une série de films de Noël. L’une des intrigues du film, impliquant un « Mazel Ball » à la fin des vacances, est basée sur « l’expérience personnelle de l’un de nos cadres Hallmark, Liz Yost », a déclaré Plager.

« Les histoires qui sonnent vrai sont la recette du succès », a-t-il ajouté.

Dans les livres de Meltzer et de Crowley, il y a de la place pour la richesse de la spécificité que les films ont tendance à manquer ; dans « Shine a Light », un personnage se bat pour faire entrer les nouvelles bougies de Hanoukka là où les bougies de la nuit précédente ont laissé un tas de cire. Dans « The Matzah Ball », une femme religieuse prépare du thé le jour du Shabbat en versant l’eau chaude de l’urne dans une tasse puis dans une autre, conformément à la stricte loi juive.

En guise de clin d’œil à ce niveau de compréhension des fêtes et traditions juives, les deux livres reconnaissent aussi subtilement que, dans le calendrier juif global, Hanoukka est un événement relativement mineur. Mais c’est surtout en raison des calendriers de publication et de l’engouement pour les fêtes que Meltzer et Crowley ont choisi la fête des lumières comme cadre de leurs premiers romans sur le thème du judaïsme, qui constituent chacun le premier volet d’une série qui sera éventuellement centrée sur d’autres fêtes juives.

« Je pense que [Hanoukka] a une telle importance dans l’esprit – du moins pour moi – de l’expérience juive américaine », a déclaré Mme Meltzer. « Nous sommes en quelque sorte immergés dans la période de Noël, et j’ai donc pensé que Hanoukka méritait sa propre représentation sur la table. »

Mme Crowley a admis qu’elle pensait que le fait de centrer le premier livre de sa nouvelle série sur Hanoukka le rendrait plus acceptable pour son éditeur. Le deuxième livre, dont la sortie est prévue en avril et qui s’intitule « Two Nights to Forever », se déroule autour de Pessah.

« Pour être tout à fait honnête, je pensais que ce serait le plus commercialisable », a déclaré Mme Crowley. « Il y a une énorme demande pour les romans de vacances d’hiver… les gens achètent beaucoup de livres à cette période de l’année, c’est donc un excellent pied dans la porte pour intéresser les gens à cette série. »

Les deux femmes se sont profondément inspirées de leurs propres expériences pour élaborer des histoires authentiquement juives.

« Je n’ai jamais grandi dans une grande communauté juive », a déclaré Crowley, originaire du Kansas. « Et en même temps, cette partie de mon identité a toujours été une fatalité ». Il était donc important pour elle de situer le livre dans une banlieue fictive de Saint-Louis, « pour faire un petit clin d’œil aux juifs du Midwest. »

Meltzer a été élevée dans un foyer observant, et a passé cinq ans dans une école rabbinique avant de mettre fin à ses études en raison d’une maladie chronique.

Quand je regarde « The Matzah Ball », c’est un livre qui n’est pas seulement le fruit de plus de 40 ans d’expérience, mais aussi d’années passées à l’école rabbinique, d’années de vie dans une communauté juive pratiquante, et je pense que cela se ressent sur la page », a-t-elle déclaré.

L’actrice Mia Kirshner allume les bougies de Hanoukka dans le film Hallmark 2020 « Love, Lights, Hanukkah ». (Crédit : Farah Nosh/Crown Media)

Les deux auteures ont le sentiment que le monde des romans d’amour, souvent marqué par des formules et étroit, s’ouvrait enfin aux traditions hors du courant dominant.

Mme Meltzer, qui écrit pour la première fois un roman, a déclaré qu’elle avait écrit « The Matzah Ball » sans croire qu’il trouverait un éditeur, et qu’elle a été ravie de le découvrir.

« Je suis absolument convaincue que le monde de l’édition est aujourd’hui à la recherche d’histoires ou de voix diverses », a-t-elle déclaré. « Je pense que pendant de nombreuses années, nos histoires – pas seulement les miennes, mais tout le large spectre de l’expérience humaine – n’ont pas vraiment obtenu l’espace d’étagère de la même manière que d’autres types d’histoires. »

Et Crowley – qui a publié de nombreux romans d’amour au fil des ans, y compris deux romances de vacances vaguement basées sur Noël – a déclaré qu’elle se sent plus libre que jamais d’écrire sur ses propres expériences.

« Je pense définitivement qu’au cours des dernières années, j’ai eu l’impression d’avoir davantage la permission d’écrire des personnages juifs », a-t-elle déclaré. « Au cours des trois ou quatre dernières années, j’ai l’impression que la conversation s’est ouverte et qu’il y a eu plus d’encouragement à écrire à partir d’un lieu d’authenticité et à écrire les personnages dans lesquels vous voulez vous voir… et cela m’a vraiment libérée. Et je pense que cela m’a aussi permis, je pense, d’écrire de manière plus significative, et de m’investir beaucoup plus en eux. »

Et elles espèrent toutes deux – et pas seulement dans le but de vendre – que leurs œuvres trouveront un écho auprès de lecteurs extérieurs à la communauté juive.

L’actrice Inbar Lavi dans le rôle de Sara Levin dans « Eight Gifts of Hanukkah » sur Hallmark. (Crédit : avec l’aimable autorisation de Hallmark)

« J’espère que les gens auront l’esprit ouvert et prendront plaisir à vivre cette autre fête », a déclaré Mme Crowley. Et en même temps, j’espère aussi que pour les lecteurs juifs qui, comme moi, se retrouvent à regarder des heures de films de Noël, de patins à glace, de sapins et tout le reste, il est agréable d’ouvrir un livre, de se voir et de se dire : « Ok, ça ressemble beaucoup plus à ma famille ou à mon expérience ».

« L’une des choses que j’espérais faire était d’abaisser certaines des barrières à l’entrée », a déclaré Mme Meltzer. « J’espère que les autres cultures et les autres religions auront tout autant de plaisir à voir ces expériences. »

M. Plager est également optimiste quant à la popularité de « Eight Gifts of Hanukkah » auprès des téléspectateurs qui regardent habituellement les films de Hallmark saturés de Noël.

« Il est primordial de créer des films de vacances qui tiennent compte de la diversité et de l’inclusion, car la période des fêtes n’est pas l’apanage d’une seule race ou d’une seule religion », a-t-il déclaré. « S’il est bien fait, un film sur Hanoukka trouvera un écho auprès des spectateurs non juifs, tout comme les films de Noël ont trouvé un écho auprès des Juifs pendant tant d’années. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...